Ste Rosalie de Palerme
4 septembre

RÉSUMÉ :

De la descendance de Charlemagne, sainte Rosalie naquit à Palerme d’un chevalier français.

À quatorze ans, sainte Rosalie conseillée par la Sainte Vierge qui lui apparut, quitta le palais de son père en cachette n’emportant qu’un crucifix et des instruments de pénitence.

Deux Anges la conduisirent dans une grotte inconnue où elle passa plusieurs années en prières et mortifications.

Les Anges la venaient visiter souvent, et le Sauveur S’entretenir parfois avec elle.

Sur le point d’être découverte par sa famille, les Anges lui indiquèrent une autre grotte où elle passa le reste de ses jours pendant dix-huit ans, et mourut en 1160.

732

Sainte Rosalie, du sang royal de Charlemagne, naquit à Palerme, en Sicile, l’an 1130, Innocent II étant Pape, le trône impérial étant vacant et Louis VI le Gros roi de France d’un chevalier français et d’une parente de Roger II, roi de Sicile.

Elle reçut une éducation en rapport avec sa haute position et s’appliqua tellement à la pratique de la vertu et à l’amour de Dieu, que la beauté de son âme surpassa la beauté de son visage, qui faisait l’admiration de tous. La Sainte Vierge veillait avec un soin jaloux sur la pureté de la jeune enfant, et quand des seigneurs siciliens recherchèrent sa main, Marie lui apparut et lui conseilla de se retirer du monde.

Sainte Rosalie n’avait que quatorze ans ; pourtant elle n’hésita pas, et quitta le palais de son père sans avertir personne, n’emportant qu’un crucifix et des instruments de pénitence. Deux Anges la conduisirent sur le mont Quisquina, voisin de la ville, et lui indiquèrent une caverne située au milieu d’un bois qui couronnait le faîte de la montagne.

C’est dans cette grotte inconnue et enveloppée de neige pendant plusieurs mois, que sainte Rosalie passa quelques années, partageant son temps entre l’oraison, la prière et la pénitence. Des racines crues faisaient sa nourriture ; l’eau du rocher lui servait de boisson. Souvent elle recevait la visite des Anges, et le Sauveur Lui-même venait parfois s’entretenir avec elle.

Elle grava sur le rocher une inscription qu’on y lit encore aujourd’hui : « Moi, Rosalie, fille de Sinibal, seigneur de Quisquina et de Rosés, par amour pour mon Seigneur Jésus-Christ, ai résolu d’habiter dans cette caverne ». On peut voir encore dans cette grotte une petite fontaine qu’elle creusa pour réunir les eaux qui suintaient à travers les fissures de la roche ; on voit aussi une sorte d’autel grossier et un long morceau de marbre où elle prenait son repas, un siège taillé dans le roc et une vigne très ancienne, qu’on prétend avoir été plantée par elle.

Que se passait-il au château paternel ? Aussitôt après sa disparition, sa famille la fit rechercher dans toute la Sicile. Les Anges avertirent sainte Rosalie qu’elle serait bientôt découverte, si elle ne changeait de demeure ; elle prit aussitôt son crucifix et le peu d’objets qu’elle avait avec elle et suivit ses guides célestes ; ils la conduisirent sur le mont Pellegrino, où ils lui indiquèrent une grotte qui lui servirait de retraite.

Cette grotte avait une ouverture à peine suffisante pour y entrer ; elle était obscure et si détrempée par les eaux, que sainte Rosalie y trouva tout juste un coin pour s’y établir sans être dans la boue ; la voûte en était si basse, que la sainte solitaire ne pouvait guère y marcher sans se courber.

Là devaient se passer les dernières années de sa vie, pendant lesquelles les herbes et les glands furent sa seule nourriture. Après dix-huit ans de cette effrayante pénitence, l’admirable vierge avait bien mérité la récompense éternelle ; elle s’endormit dans le Seigneur le 4 septembre 1160, Alexandre III étant Pape, Frédéric Ier Barberousse empereur du saint empire, Louis VII le Jeune roi de France et Marguerite de Sicile régente de ce pays.


Mardi 16 juillet 2024
de la Férie
4e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, accordez-nous, dans Votre bonté, la grâce de penser et d’agir toujours selon la justice ; afin que, ne pouvant exister sans Vous, nous puissions conformer notre vie à Votre volonté. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire de la Commémoration de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel :


Ô Dieu, qui avez donné à l’Ordre du Carmel la gloire insigne de porter le nom de la bienheureuse Marie, toujours Vierge et Votre Mère, accordez-nous, dans Votre bonté, que soutenus de la protection de celle dont nous honorons aujourd’hui solennellement la mémoire, nous méritions de parvenir aux joies éternelles. Ô vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Selon une pieuse tradition autorisée par la Liturgie, le jour de la Pentecôte, nombre d’hommes qui avaient marché sur les traces des saints Prophètes Élie et Élisée, et que saint Jean-Baptiste avait préparés à l’avènement de Jésus, embrassèrent la Foi catholique, et les premiers de tous érigèrent à la Sainte Vierge un sanctuaire sur le Mont-Carmel, à l’endroit même où Élie avait jadis vu s’élever une nuée, figure de la fécondité de la Mère de Dieu. On les appela Frères de la Bienheureuse Marie du Mont-Carmel. Ces religieux vinrent en Europe au XIIIe siècle, et en 1245, Innocent IV approuva leur règle sous le généralat de saint Simon Stock.


Le 16 juillet 1251, Marie apparut à ce fervent serviteur et lui remit l’habit qui devait être leur signe distinctif. Innocent IV bénit ce vêtement et y attacha de nombreux privilèges, non seulement pour les membres de cet Ordre, mais aussi pour tous ceux qui entreraient dans la Confrérie de Notre-Dame du Mont-Carmel. En portant le scapulaire, qui est la réduction de celui des Pères Carmes, ils participent à tous leurs mérites et peuvent espérer de la part de la Vierge une prompte délivrance du purgatoire, s’ils ont été fidèles à observer l’abstinence, la chasteté selon leur état, et les prières prescrites par Jean XXII dans la bulle dite Sabbatine, publiée le 3 mars 1322.


Aussi la fête de Notre-Dame du Carmel, spéciale d’abord aux églises de cet Ordre, fut-elle étendue à toute la Chrétienté par Benoît XIII, en 1726, comme la Fête du Scapulaire.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Portez fidèlement le scapulaire du Mont-Carmel, en tenant compte des conditions.

Méditation du jour
Prière à Notre-Dame du Mont Carmel  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|