Ste Geneviève
3 janvier

À cette époque où la liturgie nous montre en Jésus un Dieu qui vient donner Sa divinité aux âmes, aimons à voir comment la grâce transforma cette humble bergère en une héroïne qui fut une gloire pour l’Église et pour la France.

Comme celle de l’Enfant Jésus, « sa naissance a été saluée par les Anges », nous déclare saint Germain d’Auxerre.

« —Voudrais-tu, lui demande cet évêque, alors qu’elle n’a que sept ans, être consacrée au Christ dans une pureté sans tache comme Son épouse ? »

« —Ce que vous me demandez est le plus cher désir de mon cœur » répond sainte Geneviève.

À 14 ans, elle consacre à Dieu sa virginité dont nous parlent l’Épître et l’Évangile.

« —Allez, dit le Graduel, et vos vertus vous feront faire des prodiges ».

La capitale de la France lui fut confiée et par ses prières elle obtint qu’Attila, surnommé « le fléau de Dieu », n’assiégeât pas Paris.

Elle mourut à 80 ans, le 3 janvier 512.

C’est le jour de la Nativité que, lors du Baptême de Clovis par saint Remi, naquit le royaume des Francs. Demandons donc à sainte Geneviève, qui reçut l’Époux « lorsqu’Il vint au milieu de la nuit », d’obtenir que sa noble patrie accueille toujours davantage Jésus.

Chromolithographie tirée de « La Vie des Saints d’après les anciens manuscrits de tous les siècles »,
Henry de Riancey, éd. F. Kellerhoven, Paris - 1866, (coll. personnelle)

649

Un jour de l’année 429, deux saints évêques, saint Germain d’Auxerre et saint Loup de Troyes, traversaient le hameau de Nanterre en allant dans la Grande-Bretagne, où le clergé des Gaules les envoyait combattre par la parole l’hérésie menaçante de Pélage.

Autour d’eux se pressait la foule des paysans, grossière et à demi plongée dans les ténèbres du paganisme, malgré les efforts de l’Église naissante. Aussi saint Germain, cédant à l’ardeur de son zèle, se mit-il incontinent à les catéchiser. Frappé de l’attitude recueillie d’une petite fille qui l’écoutait, il l’interrogea avec bonté, l’exhorta à se vouer toute à Dieu, la bénit et lui donna une médaille sur laquelle était gravée une croix.

L’enfant, qui n’avait pas dix ans, s’appelait Geneviève ; elle était l’unique rejeton d’un homme libre, nommé Sévère, qui possédait quelque bien, et de sa femme Géronce. Elle était née l’an 422 (ou 423), saint Célestin Ier étant pape, Honorius empereur romain, Théodose II empereur d’Orient et Pharamon roi des Francs.

Le passage des deux missionnaires laissa dans l’âme de sainte Geneviève une impression ineffaçable. À mesure qu’elle croissait « en âge et en sagesse », elle s’affermit dans sa sainte résolution, et consacra à la prière les heures qu’elle pouvait ménager sur son labeur domestique.

À quinze ans, elle prit le voile. Les vierges ayant fait vœu de chasteté perpétuelle n’étaient pas encore soumises à l’obligation de vivre ensemble sous un toit commun ; elles continuaient d’habiter au sein de leur famille, et ne s’en séparaient qu’à l’église, où une place particulière leur était réservée ; elles portaient les cheveux longs et s’habillaient simplement d’une étoffe noire ou brune.

Vers 438, sainte Geneviève, devenue orpheline, quitta le village pour aller demeurer à Paris, dans la Cité, tantôt chez sa marraine, tantôt dans son propre logis. Quoique religieuse, elle conservait l’administration de son patrimoine, qui devait être assez considérable, si l’on en juge par ses fréquentes libéralités, par ses fondations et ses voyages. La tradition qui en fait une humble bergère n’en est pas atteinte pour cela ; car, ainsi que fit plus tard sainte Jeanne d’Arc dans une condition à peu près semblable, elle se conforma au genre de vie pratiqué durant des siècles chez les paysans, quel que fût leur degré d’aisance, en gardant les troupeaux et mettant la main à tous les travaux de la campagne.

L’an 450 s’annonça en Gaule par de sinistres présages ; tremblements de terre, disette, épidémie, globes de feu semblaient le prélude de la fin du monde. Puis éclata un fléau plus terrible, que l’on marqua du sceau de la colère divine : Attila passa le Rhin, entraînant, avec ses Huns, tous les barbares du Nord, accourus à la suite pour faire en quelque sorte cortège au génie de la destruction. Chaque ville, chaque province qui se trouva sur le passage des envahisseurs fut mise à feu et à sang. Au milieu de l’épouvante générale, les évêques gaulois donnèrent l’exemple du courage, et gagnèrent en plusieurs endroits la palme du martyre.

Sainte Geneviève, qui n’avait cessé de prophétiser la venue des Huns, n’en conseilla pas moins aux Parisiens de s’enfermer dans leur île, au lieu de fuir ; elle les conjura de s’armer, d’implorer l’assistance du Ciel, de faire pénitence de leurs fautes, et les assura qu’ainsi fortifiés, ils n’auraient point lieu de rien craindre. L’événement justifia cette prédiction : Attila passa à quelque distance de Paris, et bientôt la victoire de Châlons le força de battre en retraite. Ce fut un signalé triomphe pour la sainte fille, dont la renommée s’étendit de toutes parts, même jusqu’en Orient, où saint Siméon Stylite se recommanda à ses prières.

Quelques temps après —sous Mérovée ou Childéric, on ne sait— les Francs, qui venaient de faire irruption dans la Gaule, mirent le siège devant Paris et, malgré la résistance qu’opposa la garnison romaine, finirent par s’en rendre maîtres. Cette guerre, ayant traîné en longueur, ruina le pays et le livra aux horreurs de la famine. Émue de compassion, sainte Geneviève n’hésita pas à remonter la Seine, puis l’Aube jusqu’à Troyes, et revint de ce pénible voyage avec onze grandes barques chargées de blé qu’elle distribua aux plus pauvres habitants.

Il est difficile de préciser l’époque où Clovis entra en relations avec elle ; mais on peut présumer en toute vraisemblance qu’il alla la voir dans les premières années qui suivirent son baptême, visite d’autant plus naturelle que le fait s’en reproduit partout où quelque chef barbare rencontrait sur son passage les représentants de la Foi chrétienne. Dans ses différents séjours à Paris, le roi lui donna des marques multipliées de sa bienveillance, et ce fut par ses conseils qu’il bâtit, non loin des Thermes de Julien, une basilique aux saints Apôtres Pierre et Paul.

Sainte Geneviève entretint avec saint Remi des rapports spirituels ; elle fit à son intention de fréquents voyages à Reims. Sa dévotion à saint Denis l’avait déjà portée à lui élever une église de ses deniers ; une égale révérence envers saint Martin la détermina, quoique bien âgée, à se rendre à Tours, où elle pria sur son tombeau.

Enfin, après une vie passée tout entière dans la pratique des bonnes œuvres, elle mourut le 3 janvier 512, plus que nonagénaire, saint Symmaque étant pape, Anasthase empereur d’Orient et Clovis venant tout juste de mourir, Childebert Ier et ses frères rois de France. On l’inhuma dans l’église des Apôtres, qui fut dès lors placée sous son invocation, et vers 630 une châsse magnifique, œuvre de saint Éloi, reçut ses restes. Elle est la patronne de Paris, qui l’a toujours honorée d’un culte fervent.

[Voir courrier des lecteurs (« Des questions ? » pavé bleu colonne de gauche, puis rubrique : Les Saints du calendrier) sur sainte Geneviève.]


Dimanche 16 juin 2024
4e dimanche après la Pentecôte
2e classe
Temps après la Pentecôte

Vous pouvez cliquer ci-dessus

sur le nom de ce dimanche


S. Jean-François Régis,

confesseur


S. Cyr, enfant martyr,

patron du diocèse de Nevers


S. Ferréol,

prêtre et confesseur

co-fondateur de l’Église de Besançon


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Accordez-nous, Seigneur, cette grâce, nous Vous en prions, que le cours du monde soit pour nous calme et paisible sous la conduite de Votre Providence, et que Votre Église Vous serve avec joie dans la tranquillité. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Jean-François Régis, naquit le 31 janvier 1597 dans le Languedoc. Entré au noviciat de la Compagnie de Jésus à Toulouse, il continua ses cours à Tournon où il mérita le titre d’Ange du collège.

Il était né apôtre et n’eut toute sa vie qu’une ambition, celle de sauver des âmes comme le fait ressortir toute sa Messe. Il exerça de longues années son apostolat dans les âpres pays de montagnes du Vivarais, du Velay et du Forez. Il excellait à faire le catéchisme, il passait les matinées entières à l’église, en chaire ou au saint tribunal et les soirées dans les prisons, les hôpitaux et les visites des pauvres.

Il mourut à 44 ans, le 31 décembre 1640, en disant : « Seigneur, je remets mon esprit entre Vos mains ».

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayez un cœur de fer pour vous-même, et un cœur tendre pour vos semblables.

Méditation du jour
La source de tous les biens est à ma disposition  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|