S. Vital et S. Agricola
4 novembre

À Bologne, dit le Martyrologe Romain, les saints Martyrs Vital et Agricola, dont le premier avait été serviteur du second et devint par le martyre son compagnon et son collègue sous Dioclétien en 304. Les persécuteurs épuisèrent sur lui tous les genres de supplices, tellement qu’il ne resta plus une place saine sur son corps ; ces tourments il les supporta avec constance et rendit à Dieu son esprit dans la prière.

Saint Agricola fut crucifié. La translation des reliques de ces saints se fit en la présence de saint Ambroise qui dit avoir réuni les clous du saint Martyr, son sang glorieux et la croix de son supplice et les avoir déposés sous les saints autels.

1530

C’est dans le martyre de ces deux témoins irréprochables de Jésus-Christ que nous allons voir, suivant la doctrine de saint Paul, que le maître et le serviteur Lui sont également agréables, ou plutôt que devant Sa Majesté divine il n’y a point de distinction de libre et d’esclave. Saint Agricole était une personne de condition, et saint Vital était à son service. Ils étaient Chrétiens tous deux ; et ce fut en cette qualité qu’ils furent arrêtés prisonniers à Bologne, en Italie, sous l’empire de Dioclétien et de Maximien. Saint Vital, selon l’étymologie de son nom, méprisa généreusement la vie temporelle pour en acquérir une éternelle ; et saint Agricole, comme un fidèle laboureur, qui est la signification du sien, voulut bien semer son sang sur la terre pour recueillir une moisson éternelle dans le Ciel. Le président commença à exercer sa fureur par saint Vital, espérant que le supplice du valet donnerait de la frayeur et ferait changer de sentiment au maître. Il ordonna donc aux bourreaux de déployer sur lui tout ce qu’ils avaient d’invention et de force pour le tourmenter ; et, en effet, ils le traitèrent avec tant d’inhumanité et de barbarie, que son corps n’était plus qu’une grande plaie, d’où le sang coulait de tous côtés. Dans cet état, le Martyr, levant les yeux en haut, pria le Père céleste de recevoir son âme entre Ses bras. Un Ange lui fit voir la couronne qui lui était préparée, et son esprit se détacha de sa matière pour aller jouir de cette récompense.

Saint Agricole, bien loin d’être épouvanté des tourments qu’il voyait endurer à son serviteur, en fut au contraire plus animé à souffrir le martyre ; ce qui est d’autant plus admirable, qu’il était d’un naturel extrêmement doux et de lui-même peu capable d’une épreuve si terrible. Le juge ne pouvait s’empêcher de l’honorer pour ses vertus, qui lui avaient concilié l’amour de tout le monde, il fit ce qu’il put pour le fléchir ; mais, voyant sa fermeté dans la foi et son courage intrépide, il changea à son égard sa douceur apparente en une cruauté plus que barbare. Il le fit donc attacher à une croix avec plusieurs clous, qui, perçant son corps en plusieurs endroits, lui firent perdre la vie avec le sang. Ainsi, le maitre suivit bientôt le serviteur, qui semblait n’être parti le premier que pour lui aller préparer sa demeure dans le Ciel.

Leurs corps furent déposés dans un cimetière des Juifs, qui était auprès de la ville : ce qui fait dire à saint Ambroise que les roses étaient parmi les épines ; mais, Dieu ayant depuis révélé aux fidèles l’endroit de leur sépulture, l’évêque de Bologne, accompagné du même saint Ambroise, les leva de terre et en fit la translation. Ce saint prélat de Milan en eut quelques reliques, dont il fit présent à une communauté de vierges, qui, vivant à Florence, sous la conduite d’une sainte veuve nommée Julienne, qui y avait fait bâtir une église : Je vous ai apporté, leur dit-il dans une de ses exhortations, de grandes richesses que j’ai levées de mes propres mains. Ce sont les trophées de la Croix, dont vous connaissez déjà la vertu. Laissons amasser des trésors temporels à ceux qui les chérissent, et qu’ils fouillent tant qu’ils voudront dans le sein de la terre pour en tirer des joyaux, qui sont inutiles et souvent préjudiciables à ceux qui les possèdent. Nous avons ramassé les clous du Martyr, qui étaient en grand nombre, pour marque qu’il avait plus de plaies que de membres ; nous avons recueilli son sang, par lequel il a triomphé de la mort ; nous vous avons apporté une partie de sa croix. Nous n’avons pu refuser à une sainte veuve ces précieuses reliques qu’elles nous a demandées ; recevez-les donc comme des sources du salut, tandis que nous les cachons sous les saints autels.

Saint Grégoire de Tours parle aussi de ces glorieux athlètes de Jésus-Christ en son livre de la Gloire des Martyrs, chap. XLIV ; il dit qu’un homme téméraire ayant voulu prendre dans leur tombeau quelques parties de leurs cendres, y fut presque étouffé, et qu’il ne put être sauvé qu’en lui retirant la tête de ce sépulcre, où il l’avait baissée. Il ajoute qu’un receveur de deniers publics, ayant perdu l’argent qu’il devait compter au fisc, le recouvra par l’invocation de ces grands amis de Dieu. Enfin, il nous apprend qu’une partie de leurs ossements fut apportée à Clermont, en Auvergne, à l’évèque Namatius ; que ce bon Prélat alla au-devant en procession, avec la croix et des flambeaux ardents, et qu’un grand orage étant survenu, ni la châsse ni ceux qui la portaient ne furent nullement mouillés.

Le Martyrologe romain fait une belle description de leurs combats. Usuard l’a fait aussi.


Mardi 28 mai 2024
S. Augustin de Cantorbéry,

évêque et confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui, par la prédication et les miracles du bienheureux Augustin, Votre Confesseur et Pontife, avez daigné éclairer de la lumière de la vraie Foi la nation anglaise, faites que, par son intercession, les cœurs égarés reviennent à l’unité de Votre Vérité, et que nous soyons tous unis de cœur en Votre Volonté. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Le Cycle liturgique du sanctoral célèbre aujourd’hui la fête d’un autre fils de saint Benoît qui, rempli comme les Apôtres de l’Esprit-Saint, fut envoyé par le pape saint Grégoire en Grande Bretagne (en 596), avec quarante moines de sa communauté, afin de convertir au Christ les populations de cette contrée.


Aussi l’Évangile de la Messe d’aujourd’hui nous parle-t-il des soixante-douze disciples que Jésus envoya pour prêcher le royaume de Dieu, et l’Épître fait-elle allusion à l’apostolat de saint Paul, qui s’occupa jour et nuit dans la prédication de l’Évangile de Dieu.

Reçu par le roi Ethelbert à Cantorbéry, capitale de son royaume, Augustin y construisit un monastère et y établit plus tard son siège épiscopal.


L’exemple de sa vie, joint à sa prédication et à ses miracles, amena à la vraie Foi le roi lui-même et saint Augustin baptisa un jour de Noël plus de dix mille Anglais. Il mourut en l’an 604.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Demandons à Dieu, par l’intercession de saint Augustin de Cantorbéry, de ramener les cœurs des égarés à l’unité de la Vérité catholique.

Méditation du jour
Le don de l’apostolat  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|