S. Pierre Nolasque
28 janvier

RÉSUMÉ :

Jésus a manifesté Sa divinité en guérissant les âmes et les corps. Saint Pierre Nolasque, mû par cet exemple de charité divine et par une inspiration céleste dont saint Raymond de Pegnafort (fêté il y a cinq jours) fut l’instrument, employa tout l’argent qu’il possédait à délivrer les Chrétiens de la captivité des musulmans où languissaient leurs corps, et où leurs âmes couraient de grands dangers.

L’Ordre de Notre-Dame de la Merci, fondé à cet effet, montre comment la royauté de Jésus s’étend dans le monde naturel et dans le monde surnaturel.

Par vœu spécial, les religieux s’y engageaient à se constituer eux-mêmes prisonniers des païens, si cela était nécessaire, pour la délivrance de leurs frères dans le Christ.

Saint Pierre Nolasque mourut en 1256, et fut enterré avec sa cuirasse et son épée.

Saint Pierre Nolasque négociant avec des chefs musulmans le rachat de captifs Chrétiens.
Saint Pierre Nolasque négociant avec des chefs musulmans le rachat de captifs Chrétiens.

711

Grande famille du Languedoc les Nolasque habitaient dans un bourg du Lauraguais, appelé d’abord Recaudum, puis le Mas-des-Saintes-Puelles, près de Castelnaudary, autrefois diocèse de Saint-Papoul, aujourd’hui diocèse de Carcassonne.

Ce fut dans ce lieu que naquit saint Pierre, vers l’an 1189, Clément III étant pape, Frédéric Ier Barberousse empereur et Philippe II Auguste roi de France. Âgé de quinze ans, quand il perdit son père, il demeura sous la conduite de sa mère qui eut grand soin de son éducation.

Il suivit Simon de Montfort, général de la croisade contre les Albigeois. L’armée catholique gagna la fameuse bataille de Muret, sur les troupes des comtes de Toulouse, de Foix, de Comminges, et de Pierre, roi d’Aragon. Ce dernier y fut tué, et son fils Jacques, fait prisonnier. Simon Montfort, touché du malheur de ce jeune prince, qui n’avait que six ans, le prit sous sa protection, confia son éducation à saint Pierre Nolasque, et les envoya tous les deux en Espagne. Le Saint n’avait alors que vingt-cinq ans ; il édifia la cour d’Aragon par ses vertus.

Un grand nombre de Chrétiens gémissaient dans l’esclavage, chez les Maures musulmans d’Espagne ou d’Afrique. Afin de travailler à leur rachat et à leur délivrance, saint Pierre Nolasque, de concert avec saint Raymond de Pegnafort et le roi d’Aragon Jacques Ier, fonda l’institut de Notre-Dame de la Merci.

Il partit le premier, avec un autre religieux, pour remplir l’office de rédempteur. Non seulement il délivrait les fidèles de l’esclavage, mais il convertissait souvent les infidèles par ses prédications et surtout par l’éclat de ses vertus.

Il eut beaucoup à souffrir dans ses voyages : à Alger, il fut chargé de fers à cause de son zèle à prêcher la Foi.

Saint Louis, roi de France, avait une estime et une affection toutes particulières pour saint Pierre Nolasque ; il lui écrivit plusieurs lettres pour l’engager à venir le voir : ils se virent effectivement en Languedoc (1243). Saint Pierre devait accompagner ce prince dans sa croisade à la Terre-Sainte ; il en fut empêché par le mauvais état de sa santé, ébranlée par les fatigues, par les austérités et par l’âge.

Il rendit son âme à Dieu, la nuit de la vigile de Noël, en 1256, dans sa soixante-septième année, Alexandre IV étant pape, Baudouin II roi de Jérusalem et saint Louis roi de France.


Dimanche 25 août 2019
11e dimanche après la Pentecôte
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui, par l’excès de Votre bonté, surpassez les mérites et les désirs de ceux qui Vous supplient, répandez sur nous Votre miséricorde ; pardonnez-nous les fautes qui donnent à notre conscience sujet de craindre, et accordez-nous les grâces que nous n’osons attendre de nos prières. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Louis IX, né en 1215 et devenu roi de France à l’âge de douze ans, fut très pieusement élevé par la reine Blanche, sa mère, qui lui apprit à préférer mourir plutôt que de commettre un péché mortel.

Il aimait à s’appeler Louis de Poissy, lieu où il avait été baptisé, pour marquer que son titre de Chrétien était son plus glorieux titre de noblesse. « Méprisant les délices du monde, il ne chercha à plaire qu’à Jésus-Christ, le vrai Roi » et fut, dit Bossuet, « le roi le plus saint et le plus juste qui ait jamais porté la couronne ».


Assidu aux Offices de l’Église, il les faisait célébrer solennellement dans son palais où il entendait quotidiennement deux Messes. À minuit il se réveillait pour les Matines et commençait par l’office de Prime sa royale journée.


Il introduisit dans sa chapelle la coutume de fléchir le genou à ces mots du Credo : Et Homo factus est et de se prosterner à l’endroit de la Passion où il est dit que Jésus-Christ expira. Ces deux pieuses pratiques ont été ensuite adoptées par l’Église.

« On me fait un crime de mon assiduité à la prière, disait-il, mais on ne dirait mot si les heures que j’y donne je les passais au jeu ou à la chasse ».

Sa piété ne l’empêcha jamais en effet de donner la plus grande partie de son temps aux affaires de son royaume.


À la suite d’une maladie il fit vœu d’entreprendre une croisade pour reconquérir Jérusalem. D’abord victorieux, il tomba ensuite entre les mains des Sarrasins. Lorsqu’on lui eut rendu la liberté, il demeura encore cinq ans en Orient pour y secourir les Chrétiens. Revenu en France, il s’appliqua à de nombreuses fondations pieuses et fit élever la Sainte Chapelle, comme insigne reliquaire de la sainte Couronne d’épines et de l’importante parcelle de la vraie Croix que lui avait offertes Baudouin II, empereur de Constantinople.


D’une grande austérité pour lui-même, et d’une grande charité pour les autres, il disait : « Mieux vaut pour un roi se ruiner en aumônes pour l’amour de Dieu qu’en faste et vaine gloire. »

« Souvent, dit Joinville, j’ai vu le bon roi après la Messe aller au bois de Vincennes, s’asseoir au pied d’un chêne et donner audience à tous ceux qui avaient à lui parler. »


Sergent du Christ, il portait continuellement la croix pour marquer que son vœu restait à accomplir. Il entreprit en 1270 une nouvelle croisade, mais une épidémie décima son armée en Afrique et l’atteignit lui-même. Les bras en croix et couché sur la cendre, il rendit à Dieu son âme en 1270, à l’heure même où le Christ mourut sur Sa Croix.


La veille de sa mort, on l’entendait répéter : « Nous irons à Jérusalem ». C’est dans la Jérusalem céleste, conquise par sa patience au milieu de ses adversités, qu’il devait régner avec le Roi des rois.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Faites consister votre dignité, à porter noblement votre titre de Catholique.


Méditation du jour
La Charité fraternelle au temps de saint Louis  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|