S. Paul de la Croix
28 avril

RÉSUMÉ :

Saint Paul de la Croix naquit à Ovada (État de Gênes) en 1694.

Comme son nom l’indique, il eût toute sa vie un brûlant amour pour Jésus crucifié.

« Cloué à la Croix avec le Christ », il se consacra à prêcher partout, avec une charité singulière, le mystère de la Croix. Il institua comme ouvriers de cette grande œuvre dans l’Église les Passionnistes qui font le vœu de propager le souvenir béni de la Passion du Sauveur.

Consumé par l’amour qu’il puisait dans le Saint Sacrifice de la Messe, qui est « le mémorial perpétuel de la Charité sans bornes du Christ », il s’offrit à Dieu avec Jésus « comme une oblation d’agréable odeur » et mourut en 1775.

Saint Paul de la Croix, fondateur des « Passionnistes » qui font le vœu de propager le souvenir béni de la Passion de Jésus-Christ (« Jesu Christi -XPI- Passio »)
Saint Paul de la Croix, fondateur des « Passionnistes »
qui font le vœu de propager le souvenir béni de la Passion de Jésus-Christ (« Jesu Christi -XPI- Passio »)

312

Le bienheureux Paul de la Croix naquit d’une famille noble de Montferrat, le 3 février, l’an 1694, Innocent XII étant pape, Léopold Ier empereur et Louis XIV roi de France. Son père se nommait Luc Danéi ; et sa mère Anne-Marie Mossan. Elle était très pieuse et éleva son fils dans la crainte et l’amour de Dieu.

L’enfant répondit à ces soins ; et dans ses jeunes années ce qui avait pour lui un charme tout particulier, c’était d’entendre raconter la vie des saints anachorètes. Paul perdit ses parents de bonne heure ; mais il n’oublia pas leurs exemples, il n’oublia pas les leçons de sa mère et s’efforça de plus en plus de les mettre en pratique. Il conçut, dès lors, une grande estime pour la mortification ; et il s’y livra avec ardeur, en y ajoutant l’exercice de la prière.

Paul avait lié amitié avec des jeunes gens vertueux. Ensemble ils parlaient de Dieu et s’entretenaient de piété. Le sujet sur lequel Paul aimait sans cesse à revenir, c’était la Passion du Sauveur. Ce mystère le touchait tellement que, pour l’honorer, il ne mangeait qu’un peu de pain le vendredi et ne buvait qu’une boisson composée de fiel et de vinaigre. Son premier confesseur, pour le fortifier de plus en plus dans la vertu, le traita d’abord rudement. Il fut ensuite confié aux soins d’une religieuse Capucine, qui lui fit faire de rapides progrès dans la vie intérieure.

Pour combattre les ennemis de la foi, Paul se fit soldat, afin d’aller guerroyer contre les Turcs. Mais il comprit bientôt que le bon Dieu voulait de lui autre chose. Il revint dans son pays ; et obéissant à une inspiration qui le poussait à fonder une Congrégation établie sur l’entier détachement des choses de la terre, il s’en ouvrit à l’évêque d’Alexandrie en Italie. L’évêque approuva son dessein et le revêtit d’une tunique noire. C’était le 22 novembre 1720. Paul avait vingt-six ans et ajouta à son nom celui de la Croix.

Paul de la Croix se retira avec son frère, qui fut son fidèle compagnon jusqu’à la mort dans une cellule où il s’occupa d’écrire la règle de son Institut. Il eut bien des répugnances à vaincre et beaucoup de combats à soutenir. Mais il en vint heureusement à bout, avec l’aide de Dieu. Retiré dès lors dans un ermitage près d’une église de campagne, il se mit à parcourir le pays pour travailler au salut du peuple et le porter à la pénitence.

Puis il partit pour Rome, afin d’obtenir l’approbation du Saint-Siège ; mais il ne put obtenir d’audience d’Innocent XIII. Il rentra dans son ermitage et s’y livra aux plus austères pratiques de la pénitence. 1725 ramenait l’année sainte. Paul de la Croix retourna à Rome, vit Innocent XIII, qui approuva de vive voix son dessein et lui permit d’accepter des novices. Deux ans après, le même Pape l’ordonnait prêtre, ainsi que son frère, et lui témoignait un intérêt tout particulier. Ils se hâtèrent alors de regagner leur ermitage sur le Mont Argentaro, où ils jetèrent les fondements de la Congrégation connue aujourd’hui sous le nom de Société des Pères Passionnistes. Un clerc et deux laïcs furent leurs premiers compagnons, et les deux frères commencèrent à donner des missions.

Paul produisit des fruits merveilleux. Son air et ses discours convertissaient les cœurs. Les habitants d’Orbitello conçurent de lui une telle estime, qu’ils lui firent bâtir une maison dont il prit possession le 14 septembre 1737, avec neuf compagnons. Peu de temps après, Benoît XIV confirmait son Institut.

Paul alors s’occupa de perfectionner le régime de sa communauté. Il établit un noviciat, fit nommer régulièrement le supérieur général. Toutes les voix se portèrent sur lui. Il essaya d’échapper à cette charge ; mais il fut contraint de l’accepter et ne songea plus qu’à sanctifier ceux qui lui étaient soumis.

Le pouvoir que lui donnait sa sainteté était tel, que sa parole était écoutée des brigands et les convertissait. Les hommes appartenant aux classes les plus élevées ne savaient pas davantage se soustraire à l’ascendant de sa parole, et revenaient à Dieu après l’avoir entendu.

Le Bienheureux désirait ardemment voir la foi se propager dans tout le monde. Quand il rencontrait des missionnaires, il aimait à s’entretenir avec eux et il écoutait leurs récits avec un profond recueillement. Il priait sans cesse pour la conversion des peuples, mais surtout pour la conversion de l’Angleterre.

Dans les pays où le bienheureux Paul avait opéré de nombreuses conversions, les habitants désireux de conserver les fruits de ses missions établirent des maisons de son Institut. Il en vit s’élever douze en peu de temps ; et ce ne fut pas sans beaucoup de peines et de difficultés qu’elles se fondèrent d’une manière solide. Sa prudence, sa patience et sa douceur arrivèrent à tout aplanir. Pour que la ferveur se maintînt toujours dans ces établissements, il avait soin de les visiter fréquemment.

Ce fut à Rome, où il vint se fixer dans sa vieillesse, qu’il donna sa dernière mission en 1769. Il paraissait être arrivé à la fin de sa carrière. Quand, sur la parole que lui fit dire Clément XIV qu’il ne voulut pas qu’il mourût encore, il revint subitement à la santé.

Quelque temps après, ce même pontife accorda à Paul l’église de Saint-Jean-Saint-Paul avec la maison qui y est jointe. Ce fut là que mourut le serviteur de Dieu, après avoir reçu les Sacrements avec une grande ferveur, le 18 octobre. C’était l’an 1775, Pie VI étant pape, Joseph II empereur et Louis XVI roi de France.

Il fut déclaré Vénérable par Pie VI ; et Pie IX donna le décret de sa béatification le 1er mai 1853. Il a été canonisé le 29 juin 1867.


Dimanche 25 août 2019
11e dimanche après la Pentecôte
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui, par l’excès de Votre bonté, surpassez les mérites et les désirs de ceux qui Vous supplient, répandez sur nous Votre miséricorde ; pardonnez-nous les fautes qui donnent à notre conscience sujet de craindre, et accordez-nous les grâces que nous n’osons attendre de nos prières. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Louis IX, né en 1215 et devenu roi de France à l’âge de douze ans, fut très pieusement élevé par la reine Blanche, sa mère, qui lui apprit à préférer mourir plutôt que de commettre un péché mortel.

Il aimait à s’appeler Louis de Poissy, lieu où il avait été baptisé, pour marquer que son titre de Chrétien était son plus glorieux titre de noblesse. « Méprisant les délices du monde, il ne chercha à plaire qu’à Jésus-Christ, le vrai Roi » et fut, dit Bossuet, « le roi le plus saint et le plus juste qui ait jamais porté la couronne ».


Assidu aux Offices de l’Église, il les faisait célébrer solennellement dans son palais où il entendait quotidiennement deux Messes. À minuit il se réveillait pour les Matines et commençait par l’office de Prime sa royale journée.


Il introduisit dans sa chapelle la coutume de fléchir le genou à ces mots du Credo : Et Homo factus est et de se prosterner à l’endroit de la Passion où il est dit que Jésus-Christ expira. Ces deux pieuses pratiques ont été ensuite adoptées par l’Église.

« On me fait un crime de mon assiduité à la prière, disait-il, mais on ne dirait mot si les heures que j’y donne je les passais au jeu ou à la chasse ».

Sa piété ne l’empêcha jamais en effet de donner la plus grande partie de son temps aux affaires de son royaume.


À la suite d’une maladie il fit vœu d’entreprendre une croisade pour reconquérir Jérusalem. D’abord victorieux, il tomba ensuite entre les mains des Sarrasins. Lorsqu’on lui eut rendu la liberté, il demeura encore cinq ans en Orient pour y secourir les Chrétiens. Revenu en France, il s’appliqua à de nombreuses fondations pieuses et fit élever la Sainte Chapelle, comme insigne reliquaire de la sainte Couronne d’épines et de l’importante parcelle de la vraie Croix que lui avait offertes Baudouin II, empereur de Constantinople.


D’une grande austérité pour lui-même, et d’une grande charité pour les autres, il disait : « Mieux vaut pour un roi se ruiner en aumônes pour l’amour de Dieu qu’en faste et vaine gloire. »

« Souvent, dit Joinville, j’ai vu le bon roi après la Messe aller au bois de Vincennes, s’asseoir au pied d’un chêne et donner audience à tous ceux qui avaient à lui parler. »


Sergent du Christ, il portait continuellement la croix pour marquer que son vœu restait à accomplir. Il entreprit en 1270 une nouvelle croisade, mais une épidémie décima son armée en Afrique et l’atteignit lui-même. Les bras en croix et couché sur la cendre, il rendit à Dieu son âme en 1270, à l’heure même où le Christ mourut sur Sa Croix.


La veille de sa mort, on l’entendait répéter : « Nous irons à Jérusalem ». C’est dans la Jérusalem céleste, conquise par sa patience au milieu de ses adversités, qu’il devait régner avec le Roi des rois.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Faites consister votre dignité, à porter noblement votre titre de Catholique.


Méditation du jour
La Charité fraternelle au temps de saint Louis  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|