S. Guillaume de Paris
6 avril

RÉSUMÉ :

Neveu de Hugues, abbé de Saint-Germain-des-Prés, et élevé par ses soins, saint Guillaume fut nommé chanoine de Sainte-Geneviève et déploya au milieu des persécutions un zèle admirable pour le rétablissement de la discipline dans son institut.

Il aida l’abbé Suger à cette réforme en 1148, vengea l’authenticité des reliques de sainte Geneviève, et sur la renommée de ses vertus fut appelé en Danemark par le roi Waldemar, fils de saint Canut.

Employé à d’importantes négociations qui l’appelèrent à Rome, il revint en Danemark et y resta trente ans, établissant l’ordre dans les monastères et édifiant les peuples.

Il mourut le 6 avril 1202.

1341

Saint Guillaume naquit à Paris l’an 1104, Pascal II étant Pape, Alexis Ier empereur byzantin et Philippe Ier roi de France. Il fut élevé et instruit au couvent de Saint-Germain-des-Prés et se fit remarquer dès sa jeunesse par les brillantes qualités de son esprit et de son cœur.


Nommé chanoine de Sainte-Geneviève, il eut à subir la jalousie de ses frères et se retira à l’institut des chanoines réguliers de Saint-Augustin, nouvellement établi. On peut dire qu’il fut de tous le plus fervent dans l’observation de la règle ; tout son temps était occupé à la lecture, à la prière et à la contemplation ; il était heureux de manger le pain de son et d’orge de la communauté avec des herbes amères pour tout assaisonnement, et il savait ajouter largement aux pénitences communes.


Une nuit, Jésus-Christ apparut à saint Guillaume et lui dit : « Guillaume, vous devez aller pour Mon service dans une île éloignée ; vous endurerez de grandes peines, mais après les avoir vaincues par Ma grâce, vous viendrez régner avec Moi dans le Ciel ».

Peu après, Waldemar, roi de Danemark, fils de saint Canut, fit demander à Paris des chanoines réguliers, et saint Guillaume fut envoyé avec trois compagnons. Il eut un rôle difficile à remplir, celui de réformer un monastère abandonné au relâchement. Ses trois compagnons, vaincus par la violence du froid, retournèrent à Paris, et saint Guillaume eut contre lui tous les religieux de l’ancien couvent, qui s’acharnèrent à le décourager et à le faire partir. Le démon lui-même n’épargna rien pour le vaincre ; il mit un jour le feu à sa chambre, si bien que saint Guillaume ne put se sauver que miraculeusement.

Son humilité, sa patience, ses austérités, sa soumission à la volonté de Dieu furent si admirables, qu’elles changèrent enfin le cœur de ces religieux dévoyés qui avaient longtemps voulu le perdre et l’assassiner.

En récompense de tant de mérites, Dieu glorifia Son serviteur dès cette vie, par de nombreux miracles et même par la résurrection d’un mort.

Il fut averti de l’époque de sa mort sept ans à l’avance et s’y prépara par un redoublement de prières et d’austérités ; il fut réjoui quelque temps avant son trépas par la visite de Jésus-Christ, qui S’entretint délicieusement avec lui.

Saint Guillaume quitta la terre le 6 avril 1202, Innocent II étant Pape, Alexis III empereur byzantin et Philippe Auguste roi de France.


Mardi 4 août 2020
S. Dominique,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez daigné éclairer Votre Église par les mérites et les leçons du bienheureux Dominique, Votre Confesseur, faites que, par son intercession, elle ne soit pas privée des secours temporels, et qu’elle fasse toujours de nouveaux progrès dans les voies spirituelles. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
L’Église de France était ravagée par l’hérésie des Albigeois qui, non contents d’enseigner des doctrines monstrueuses, pillaient les églises et massacraient les prêtres.

Dieu suscita alors saint Dominique qui, par ses prédications, devait faire face au mensonge et à l’erreur, et embraser de nouveau le monde du feu de la Foi. Sa mère eut en effet une vision où son enfant lui fut montré sous la forme d’un petit chien qui tenait dans sa gueule une torche. Appelé Dominique, parce que ses parents attribuèrent sa naissance aux prières du saint Abbé bénédictin Dominique de Silos, il appartint vraiment au Seigneur, comme l’indique ce nom.


Né en Espagne, de la noble famille des Guzman, il se distingua par sa pureté que nous désignent le lis qu’on lui met dans les mains, et la robe blanche qu’il porte.


Témoin des maux sans nombre causés par les hérétiques, dans le midi de la France, il suscita pour les combattre l’Ordre des Frères Prêcheurs, auquel il donna pour armes le bouclier de la Vérité pour enseigner la doctrine et le glaive de la Parole pour la prêcher.


Les Dominicains comptent de nombreux saints et saintes qui s’appliquèrent à pénétrer comme leur fondateur le Verbe de Dieu dans l’Évangile, le livre de la Vérité et « le livre de la Charité » comme l’appelle saint Dominique. Ce Saint aima tout spécialement la Vierge et prêcha la dévotion au Rosaire. Il mourut le 6 août 1221.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayez une grande dévotion au Rosaire, et récitez-en chaque jour au moins une partie (un chapelet) :

Les mystères joyeux le lundi, les mystères douloureux le mardi et les mystères glorieux le mercredi. En recommençant le lendemain jusqu’au samedi.

Puis le dimanche les mystères glorieux ou le Rosaire en entier.


Méditation du jour
Mission de saint Dominique  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|