S. Gorgon
9 septembre

RÉSUMÉ :

Saint Gorgon naquit à Nicomédie. Officier de la maison de l’empereur Dioclétien, il convertit à la Foi du Christ, avec l’aide de Dorothée, son collègue, tous les autres serviteurs du palais impérial.

« En punition de cette audace, déclare le Martyrologe Romain, ils furent suspendus et déchirés par tout le corps à coups de fouets ; puis on versa du vinaigre et du sel sur leurs entrailles mises à découvert et après qu’on les eut brûlés sur un gril, on finit par les étrangler ».

Ils furent mis à mort en même temps que saint Théodore à Nicomédie, en 303. Plus tard on inhuma le corps de saint Gorgon à Rome sur la voie Latine, et de là on le transféra dans la Basilique de Saint-Pierre.

749

Saint Dorothée était premier chambellan de l’empereur Dioclétien ; saint Gorgon et saint Pierre étaient sous-chambellans du même prince. Ils occupaient tous trois les premières places parmi les eunuques du palais ; ils portaient quelquefois le fardeau des affaires les plus difficiles de l’état, et ils montraient un zèle ardent pour les intérêts de l’empire. Lorsque Galère eut fait mettre le feu au palais de Nicomédie, pour rendre les Chrétiens odieux, en les rendant responsables de l’incendie, saint Dorothée et saint Gorgon furent arrêtés avec d’autres officiers qui professaient le christianisme et qui dépendaient d’eux par l’emploi qu’ils exercaient à la cour. On leur fit subir à tous de cruelles tortures ; après quoi, on les condamna à être étranglés.

Saint Pierre éprouva un traitement encore plus barbare. Ayant refusé de sacrifier aux idoles, on le suspendit en l’air tout nu, et l’on déchira toutes les parties de son corps à coups de fouet, en sorte qu’on lui voyait les os. Rien ne pouvant ébranler sa constance, les bourreaux versèrent du sel et du vinaigre sur ses plaies pour ajouter un nouveau degré de vivacité aux douleurs qu’il ressentait. Ils l’étendirent ensuite sur un gril, et le firent rôtir à petit feu, en lui disant qu’ils ne cesseraient de le tourmenter que quand il aurait abjuré sa religion. Son courage ne se démentit point, et il mourut au milieu de ce supplice.

Dioclétien fit jeter dans la mer le corps de saint Dorothée et ceux de ses compagnons. Il craignait, au rapport d’Eusèbe, que les Chrétiens ne les adorassent comme des dieux. C’était une erreur commune aux païens de s’imaginer que le culte par lequel nous honorons les reliques des Martyrs, ne diffère point de celui que nous rendons à Dieu.

On lit dans le calendrier de Libère, publié par Buchérius, que son tombeau était sur la voie Lavicane. Il y avait un office pour sa fête dans le sacramentaire de Gélase. Saint Chrodegang, évêque de Metz, obtint, en 765, du pape Paul Ier, une partie du corps du saint Martyr, qu’il transféra de Rome en France, et qu’il déposa l’année suivante dans l’abbaye de Gorze. On trouve, parmi les poèmes de saint Damase, une épitaphe en l’honneur de saint Gorgon.

Nous apprenons, de l’exemple des Martyrs, ce que c’est qu’un vrai Chrétien. Il regarde, dit saint Grégoire de Nazianze, les tribulations et les croix comme la semence des plus héroïques vertus ; et c’est pour cela qu’il est comblé de joie dans l’adversité. Les tourments ne pouvant altérer la tranquillité de son visage, beaucoup moins peuvent-ils changer les dispositions de son cœur ; rien n’est capable de l’abattre ; tout cède à la magnanimité et à la sagesse d’un pareil philosophe. Dépouillé des biens et des commodités de la vie, il a des ailes pour s’élever jusqu’au Ciel ; il s’envole dans le sein même de Dieu, où il trouve un ample dédommagement de tout ce qu’il a perdu. Revêtu d’un corps, il est dans le monde comme un pur esprit. Le courage qu’il montre au milieu des souffrances et du combat des passions, ferait presque croire qu’il est impassible. Il se laisse vaincre en tout, excepté en courage ; et quand il se soumet, il sait triompher par son humilité et sa patience, à la vue même de la mort la plus cruelle. Quelle leçon pour ceux qui se laissent déconcerter par les moindres épreuves !


Samedi 22 juin 2024
S. Paulin,

évêque et confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez promis le centuple dans le siècle à venir et la vie éternelle à ceux qui abandonnent tout en ce siècle pour Vous ; accordez-nous, dans Votre bonté que, suivant fidèlement les traces du saint Pontife Paulin, nous ayons la force de mépriser les biens de la terre et de désirer les seuls biens du Ciel. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Paulin, né l’an 353 d’une famille romaine très distinguée à Bordeaux, en Aquitaine, fit de brillantes études et devint sénateur à l’âge de vingt-cinq ans. Il fut ensuite consul et établit sa résidence à Nole, en Campanie.


Près du tombeau de saint Félix, le prêtre martyr dont l’Église célèbre la fête le 14 janvier, il est soudain touché de la grâce et reçoit bientôt le baptême. À l’exemple du Christ, « qui S’est fait pauvre de riche qu’Il était », et qui a conseillé la pratique de cette vertu de pauvreté, il abandonna les nombreuses richesses qu’il possédait et achète à ce prix le royaume des Cieux.


Il quitte son épouse, qui comme lui se donne à Dieu, et devient prêtre, puis évêque de Nole. Ses amis d’autrefois le blâment. Il « s’en tient à l’approbation de Jésus ». Mais bientôt surviennent les Goths qui ravagent la Campanie et tandis que, sans mérites pour eux, on arrache leurs biens aux riches de Rome, saint Paulin qui a quitté les siens volontairement et pour le Christ, en reçoit au contraire le centuple en l’autre monde et la vie éternelle. Il mourut à soixante-dix-huit ans, en 431, et fut enseveli près de saint Félix à Nole.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Soyez désintéressé dans les services que vous rendez à votre prochain.

Méditation du jour
L’Eucharistie, suprême marque du divin amour  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|