S. Gaétan
7 août

RÉSUMÉ :

Saint Gaétan fonda la première des Congrégations de Clercs réguliers. On imitait le genre de vie des Apôtres ; la confiance en Dieu, dont parle l’Évangile, en était la grande loi, aussi s’interdisaient-ils de demander l’aumône, et attendaient-ils que les fidèles vinssent d’eux-mêmes à leur aide.

Le zèle que ce Saint déploya pour le salut du prochain le fit surnommer le Chasseur d’âmes. On disait qu’il était un Ange à l’autel et un Apôtre en chaire. Il mourut à Naples, le 7 août 1547.

Saint Gaétan, reçevant l
Saint Gaétan, reçevant l'approbation de son ordre par le Pape Clément VII

627

Saint Gaétan, né à Vicence en 1480, Sixte IV étant Pape, Frédéric III empereur romain germanique et Giovanni Mocenigo doge de Venise, de race illustre, fut consacré à Marie dès le sein de sa mère, puis ensuite à sa naissance. On lui donna le nom de Gaétan, pour conserver un célèbre nom familial ; mais on y ajouta le nom de Marie, pour marquer sa consécration à la Reine du Ciel.

Gaétan de Sainte-Marie montra de bonne heure un grand amour pour les pauvres ; ce fut là du reste, un de beaux caractères de toute sa vie. Son cœur d’enfant, tendre et délicat, le faisait pleurer souvent à la vue des misères qui s’offraient à lui ; les pauvres, qui le connaissaient tous, l’appelaient leur petit ami, en attendant qu’il fut leur père.

L’enfant leur rendaient mille petits services, et lorsqu’il recevait quelque argent de ses parents à titre de récompense, il n’avait rien de plus pressé que de le distribuer à ses chers mendiants. La petite somme était toujours vite épuisée ; alors saint Gaétan mettait en mouvement tous les ressorts de sa jeune politique, et il finissait toujours par reconstituer son petit trésor. À bout d’expédients, il demandait l’aumône à ses parents pour l’amour de Dieu.

Devenu Prêtre, il bâtit une église dans ses domaines pour exercer le saint ministère. Comme il était très simple et même négligé dans ses vêtements, son père se fâchait souvent et l’accusait de déshonorer son nom en se mêlant aux mendiants. Le plus souvent saint Gaétan répondait à ce reproche par son silence. Il s’occupa avec zèle des ouvriers, ce qui lui attira la persécution de ses proches, puis l’admiration de tous, quand on vit son ministère opérer de grands fruits de sanctification. Partout où il allait, sa première visite était pour les pauvres et les malades.

Un jour de Noël, Notre-Seigneur lui apparut sous la forme d’un petit enfant ; il Le prit dans ses bras et le caressa longtemps, pendant que son cœur se fondait d’amour. À Rome, saint Gaétan, plein du désir de donner au clergé des modèles à imiter, fonda, de concert avec quelques saints Prêtres, la congrégation des Théatins.

La confiance absolue en Dieu valait plus pour lui que tous les conseils de la prudence humaine, et nulle part la Providence ne le laissa manquer du nécessaire. Le saint était déjà âgé quand il tomba malade, à Naples ; il refusa un matelas et voulut mourrir sur la cendre et le cilice ; il refusa aussi un médecin extraordinaire, disant : « Je suis un pauvre religieux, qui ne vaut pas la peine d’être assisté ». Marie vint elle-même chercher son âme. Il laissa la réputation d’un séraphin à l’autel et d’un apôtre en chaire.

Il mourut en 1547, Paul III étant Pape, Charles Quint empereur romain germanique et roi de Naples.


Mercredi 4 octobre 2023
S. François d’Assise,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui, par les mérites du bienheureux François, avez enrichi Votre Église, en lui donnant une nouvelle famille, faites-nous la grâce de l’imiter en méprisant les biens de la terre, et d’avoir la joie de participer toujours aux dons célestes. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Né à Assise, en Ombrie, saint François fut suscité par Dieu pour travailler en même temps que saint Dominique au relèvement moral du monde, à une époque des plus troublées.

Appelé Jean à son baptême, il reçut le nom de François de son père, car ce fut après une heureuse tournée commerciale en France, qu’il trouva au retour son nouveau-né.


« Plus ce sublime insensé, dit de Montalembert, se cachait et s’avilissait pour se rendre digne, par l’humilité et le mépris des hommes, d’être le vaisseau de l’amour divin, plus, par un effet merveilleux de la grâce, les hommes se précipitèrent à sa suite ». Saint François eut bientôt des disciples qui se réduisirent à la même pauvreté que lui et partagèrent son ardeur pour la conversion des peuples.

« Mes frères, leur disait-il, prêchons la pénitence, plus par nos exemples que par nos paroles ». Il leur donna ensuite une Règle qui fut approuvée, en 1210, par Innocent III. L’année suivante, il obtint des Bénédictins la petite église de Notre-Dame-des-Anges appelée Portioncule et qui fut le berceau de son Ordre.


Cette nouvelle famille religieuse dont il enrichit l’Église, se multiplia avec une telle rapidité, qu’environ dix ans après sa naissance, il y eut jusqu’à cinq mille frères au chapitre général, tenu à Assise.


Voulant qu’ils se regardassent comme les plus petits parmi les religieux, saint François leur donna le nom de Frères Mineurs, et lui-même resta simple diacre toute sa vie. À côté de ce premier Ordre, il en fonda un second qui est l’Ordre des pauvres dames ou Clarisses, ainsi nommé de l’illustre vierge d’Assise, sainte Claire. Enfin, en 1221, il en institua un troisième appelé le « Tiers-Ordre de la pénitence » auquel les Papes, et spécialement Léon XIII, qui se faisait un honneur d’y appartenir, prodiguèrent les plus puissants encouragements et les plus riches faveurs.


Saint François envoya ses disciples en France, en Allemagne, en Espagne, en Afrique ; lui-même voulut aller en Palestine et au Maroc, mais la divine Providence l’arrêta en route. L’amour divin dont il était embrasé lui valut le surnom de Séraphique. L’Église a consacré une fête le 17 septembre à l’impression des Sacrés Stigmates sur le corps de saint François.


Le 4 octobre 1226, ce Saint rendit son âme à Dieu, alors qu’il achevait le dernier verset du Psaume CXLI :

« Tirez mon âme de sa prison, Seigneur, afin qu’elle aille chanter Vos louanges ».


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Apprenez de saint François l’amour de la pauvreté et l’amour de la Croix.

Méditation du jour
Approchons-nous avec confiance de la Mère de miséricorde  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|