S. Édouard-le Confesseur
13 octobre

RÉSUMÉ :

Saint Édouard, surnommé le Confesseur, était petit-fils de saint Édouard, roi et martyr.

Ayant été élevé sur le trône d’Angleterre « on vit alors, dit un historien, ce que peut un roi qui est véritablement le père de ses sujets. Tous ceux qui s’approchaient de sa personne essayaient de régler leur conduite sur la sienne. On ne connaissait à sa cour ni l’ambition, ni l’amour des richesses, ni aucune de ces passions qui malheureusement sont si communes parmi les courtisans ».


Partout on l’appelait le père des orphelins et des indigents, et il n’était jamais plus heureux que lorsqu’il pouvait faire l’aumône. Il accordait toujours ce qu’on lui demandait au nom de saint Jean l’Évangéliste.

Il mourut en 1066.

Saint Édouard III le Confesseur, Roi d
Saint Édouard III le Confesseur, Roi d'Angleterre (1002 - 1066)

865

À la suite de grands troubles qui désolaient l’Angleterre, le prince saint Édouard passa trente-cinq ans de sa vie en exil. Nous avons peu de détails sur cette période de son histoire. Doué d’un caractère doux, ami de la solitude, il se tenait de longues heures au pied des autels, assistait aux Offices divins et aimait beaucoup à s’entretenir avec les religieux.

Cependant toute l’Angleterre priait pour obtenir enfin la paix avec un prince légitime. Dieu apparut à un pieux évêque et lui montra, dans une vision saint Édouard sacré roi par saint Pierre : « Voilà, lui dit-il, celui qui sera roi par Ma faveur. Il sera chéri du Ciel, agréable aux hommes, terrible à ses ennemis, aimable à ses sujets, très utile à l’Église de Dieu. »

884

La Couronne de saint Édouard.
La Couronne de saint Édouard.
À peine établi sur le trône, saint Édouard III s’appliqua à développer dans son âme toutes les vertus d’un prince vraiment chrétien. Délivré, par l’aide de Dieu, de tous les ennemis du dedans et du dehors, saint Édouard voulut accomplir le vœu qu’il avait fait d’aller à Rome vénérer le tombeau du Prince des Apôtres ; mais il dut céder aux instances de ses sujets, qui avaient besoin de sa présence. Le pape le délia de son vœu ; le roi, en revanche, fit construire une belle église en l’honneur de saint Pierre.

Saint Édouard est célèbre par son désintéressement et par sa charité envers les pauvres. À trois reprises différentes il vit un des officiers de sa maison mettre la main aux trésors royaux ; la troisième fois, il se contenta de lui dire : « Prenez bien garde qu’on ne vous y surprenne ! » Le trésorier du palais se plaignant au roi de ces vols, celui-ci, comme s’il n’eût rien su, lui dit : « Pourquoi vous plaindre ? Celui qui a pris cet argent en avait sans doute plus besoin que nous ».

Saint Edouard avait promis de ne jamais refuser l’aumône demandée au nom de saint Jean l’Évangéliste ; un jour, un pauvre lui ayant tendu la main au nom de cet Apôtre, le roi, dépourvu d’argent, retira de sa main un riche anneau et le lui donna, pour ne pas le faire attendre.

Une autre fois, à la demande d’un pauvre infirme tout perclus, il le prit sur ses épaules et le porta à l’église Saint-Pierre, où il fut guéri.

Saint Jean l’Évangéliste se montra un jour à deux pèlerins anglais qui se mettaient en voyage pour les Lieux saints ; il leur remit un anneau en leur disant : « Portez cet anneau au roi ; c’est lui qui me l’a donné un jour que je lui demandai l’aumône en habit de pèlerin ; dites-lui que, dans six mois, je le visiterai et le mènerai avec moi à la suite de l’Agneau sans tache. »

Saint Édouard mourut, en effet, six mois après, laissant tout en larmes son épouse Édith, avec laquelle il avait toujours gardé la virginité parfaite. C’était le 5 janvier de l’an 1066, Alexandre II étant pape, Henri IV empereur du saint Empire romain-germanique, Constantin X empereur d’Orient, et Philippe Ier roi de France.


Mardi 17 octobre 2017
Ste Marguerite-Marie Alacoque,

vierge
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Seigneur Jésus-Christ, qui avez d’une manière admirable révélé à la bienheureuse Vierge Marguerite-Marie les insondables richesses de Votre Cœur, faites que par ses mérites et son imitation, nous méritions, Vous aimant en tout et par-dessus toute chose, d’avoir une demeure permanente dans ce divin Cœur. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Sainte Marguerite-Marie Alacoque naquit à Vérosvres (diocèse d’Autun) en 1647. Très jeune, elle se consacra à Jésus-Christ par le vœu de virginité perpétuelle. À vingt-trois ans, elle entra chez les Visitandines de Paray-le-Monial.


Le Sacré-Cœur Se révéla à elle dans trois grandes révélations, sans que la communauté s’en doutât. Sainte Marguerite-Marie employa ses dernières années à répandre cette admirable dévotion au divin Cœur et mourut le 17 octobre 1690, à l’âge de quarante-trois ans.

Son corps virginal fut enseveli sous une dalle du chœur près de cette grille où elle était à genoux quand le divin Maître lui apparut.


Pie IX la béatifia en 1864 et Benoît XV l’a canonisée en la fête de l’Ascension, le 13 mai 1920 et Pie XI a étendu son Office à l’Église universelle le 26 juin 1929.

Pour rester dans l’esprit liturgique — qui est l’esprit de l’Église — et consacrer, comme elle nous y engage par des indulgences, le premier Vendredi du mois au Sacré-Cœur, adaptons cette dévotion au Cycle. Ce sera lui donner une grande variété, tant dans son objet matériel (le Cœur de Jésus naissant à Noël, mourant le Vendredi-Saint, ressuscitant à Pâques), que dans son objet formel (l’amour de Jésus dans Ses mystères joyeux, douloureux et glorieux).


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Efforcez-vous d’acquérir une profonde dévotion au Sacré-Cœur de Jésus.


Méditation du jour
Le Sacré-Cœur et Sa fervente disciple  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|