Ste Audrey (ou Ste Étheldrède)
23 juin
Sainte Audrey (ou Édeltrude) deux fois reine et deux fois retournée au couvent, fondatrice et Abbesse.
Sainte Audrey (ou Édeltrude) deux fois reine et deux fois retournée au couvent, fondatrice et Abbesse.

505

Sainte Édeltrude (ou Étheldrède), née vers l’an 610, saint Boniface IV étant pape, Héraclius empereur d’Orient et Clotaire II roi de France, nous donne une preuve de la possibilité de la sainteté au milieu des grandeurs du monde et dans l’état du mariage.

Fille d’un roi anglais, elle eut trois sœurs saintes comme elle : Sexburge, Witburge et Éthelburge. Un ardent amour pour Jésus-Christ et pour sa sainte Mère s’empara de ce cœur simple et droit, et de bonne heure, malgré son désir de passer sa vie dans une parfaite virginité.

Mariée plus tard par son père, elle eut le bonheur d’avoir pour époux un prince dont les goûts étaient les siens et qui vécut avec elle dans la continence. Au bout de trois années de vie commune, elle se retira, avec la permission de son mari, dans l’île d’Ély, qui lui avait été donnée pour douaire, et elle y mena pendant cinq ans une vie véritablement angélique. Pleine de mépris pour tout ce qui flatte la plupart des hommes, elle faisait consister sa gloire dans la pratique de la pauvreté volontaire et humiliations ; son plus grand plaisir était de chanter jour et nuit les louanges du Seigneur.

En vain sainte Édeltrude cherchait à vivre ignorée, ses vertus perçaient le voile épais de son humilité. Après la mort du prince son mari, elle fut tellement sollicitée à un nouveau mariage par le roi de Northumberland, qu’elle finit par y consentir, mais elle fut aussi heureuse que la première fois, car elle amena son second mari à vivre avec elle dans une continence parfaite. Nulle sainte peut-être n’a donné un pareil exemple, et pourtant rien n’est plus authentique.

Le roi l’aimait très tendrement, et elle-même avait pour lui une affection profonde autant que pure. Cependant sainte Édeltrude aspirait toujours à la vie cachée ; aussi finit-elle par obtenir de son royal époux la grâce d’entrer dans un monastère, où elle reçut le voile et parut aux yeux de ses soeurs comme un modèle de toutes les vertus.

Devenue bientôt Abbesse et fondatrice de plusieurs monastères, elle se vit bien plus heureusement mère selon la grâce qu’elle n’eût pu l’être selon la nature.

Elle ne faisait qu’un repas par jour, excepté les jours de grandes fêtes et quand elle était malade. Jamais elle ne portait de linge, mais de simples vêtements de laine. Son oraison était continuelle, et bien qu’elle eût assisté aux offices de la nuit, elle était toujours en prière avant le lever du jour. Après sept années de cette vie austère, jeune encore, elle reçut de Dieu la révélation qu’un certain nombre de ses sœurs mourraient bientôt de la peste et qu’elle-même les accompagnerait dans l’autre monde.

Elle souffrit avec une patience héroïque et mourut le 23 juin 679, saint Agathon étant pape, Constantin IV empereur d’Orient et Thierry III roi des Francs. Son corps fut trouvé dans un état de merveilleuse conservation plusieurs années après sa mort.


Vendredi 19 juillet 2019
S. Vincent de Paul,

confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez donné au bienheureux Vincent une vertu et un courage apostoliques pour évangéliser les pauvres et augmenter la gloire de l’ordre ecclésiastique, faites, s’il Vous plaît, qu’en honorant sa piété et ses mérites, l’exemple de ses vertus nous instruise. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
La Providence, toujours maternelle dans Sa sollicitude à l’égard des hommes, suscita au XVIIe siècle saint Vincent de Paul. Elle le combla de l’Esprit qui avait fortifié les Apôtres et saint Vincent contribua largement à l’évangélisation des pauvres et au développement des vertus sacerdotales qui font la gloire du clergé.


Il naquit près de Dax (Landes). Il était encore jeune prêtre lorsqu’il tomba entre les mains de pirates turcs qui l’emmenèrent en Afrique. De retour en France, il fut successivement Curé et Grand Aumônier des galères.


Saint François de Sales lui confia plus tard la direction spirituelle des Visitandines. Prêchant surtout aux habitants des campagnes, il astreignit à cette œuvre apostolique, par un vœu spécial, les membres de la Congrégation qu’il avait instituée, sous le titre de Prêtres de la Mission ou Lazaristes. Leur apprenant à tout quitter pour suivre le Christ, il les envoya travailler dans la vigne de Dieu et établir partout des séminaires qui donneraient au peuple de bons prêtres.


Pour venir en aide aux abandonnés, aux jeunes filles dont la vertu était exposée, aux fous, aux invalides et aux malades, il fonda, avec le concours de sainte Louise de Marillac (canonisée par le Pape Pie XI, le 11 mars 1934, fête le 15 mars), la Congrégation des Filles de la Charité, qui est actuellement la plus nombreuse et qui est la plus répandue dans le monde entier.


Après une vie qui nous rappelle l’apostolat de saint Paul, et qui l’a fait proclamer par Léon XIII le Patron spécial de toutes les œuvres de charité, saint Vincent de Paul mourut en 1660, dans la maison de Saint-Lazare, qui fut la maison mère de sa Congrégation.


Demandons à Dieu, qu’à l’exemple de saint Vincent dont nous vénérons aujourd’hui les pieux mérites, nos cœurs soient pénétrés comme le sien de la divine Charité.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Ayez un cœur tendre et compatissant pour toutes les misères d’autrui.


Méditation du jour
Le génie de la Charité  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|