S. Pierre Chrysologue
4 décembre

RÉSUMÉ :

La grande éloquence de saint Pierre lui valut le nom de Chrysologue qui signifie : parole d’or.

Comme nous le rappelle l’Oraison, sa promotion à l’Épiscopat de Ravenne (en 433), due à une apparition de l’Apôtre saint Pierre au Pape Sixte III, fut miraculeuse.

« Vous êtes le sel de la terre... et la lumière du monde » dit l’Évangile. « Prêchez la parole, insistez à temps et à contre-temps, reprenez, exhortez, censurez…, faites l’œuvre d’un prédicateur de la Vérité », ajoute l’Épître.

C’est ce que fit saint Chrysologue : il composa plus de 160 homélies pleines d’une doctrine qui lui valut le titre de Docteur de l’Église.

C’est lui qui a écrit cette maxime connue : « Celui qui s’amuse avec Satan doit renoncer à se réjouir avec le Christ ». Il mourut à Imola en 450. Écoutons avec amour la parole de Dieu.

1059

Saint Pierre était natif d’Imola, en Romagne. Son intelligence précoce et son bon naturel frappèrent l’Évêque de cette ville, nommé Corneille,

qui prit soin de l’instruire et l’ordonna Diacre.

En 433, il accompagna à Rome son bienfaiteur, chargé d’obtenir de Sixte III qu’il confirmât l’élection du nouvel Archevêque de Ravenne. Le Pape refusa ce qu’on lui demandait et proposa Pierre, dont il avait apprécié les mérites. Les gens de Ravenne soulevèrent des difficultés, arguant de l’obscurité du candidat et qu’il n’avait pas reçu le Sacerdoce ; mais ils finirent par se rendre. Jamais choix ne fut plus heureux.

Saint Pierre s’en montra digne en travaillant avec un zèle infatigable à réformer les abus et à déraciner les restes des superstitions païennes. Surtout il ne ménageait pas les instructions aux fidèles ; un de ses successeurs en recueillit cent soixante-seize. Elles se distinguent par la brièveté, l’élégance et le naturel ; toutefois elles plaisent plus à l’esprit qu’elles ne touchent le cœur, et, quoiqu’elles aient valu à leur auteur le surnom de Chrysologue (qui parle d’or), on ne peut les regarder comme des modèles de la véritable éloquence.

Il prêchait souvent devant Valentinien III, qui tenait sa cour à Ravenne, et ce fut à la faveur de ce prince qu’il dut l’érection de cette ville en métropole. Un des derniers actes de saint Pierre fut de protester contre l’apologie que l’hérésiarque Eutychès, condamné par le concile de Constantinople, avait faite de sa doctrine. « C’est avec tristesse », lui écrivit-il, « que j’ai reçu votre lettre ; car, si la paix de l’Église est pour nous une anticipation du bonheur céleste, la dissension entre ses membres nous plonge dans l’affliction et dans les larmes ».

Bientôt après, il accueillit de la façon la plus honorable saint Germain d’Auxerre et lui rendit, après sa mort, de grands honneurs. Sentant approcher sa fin, il voulut retourner dans sa patrie ; il y mourut le 2 décembre 450, saint Léon le Grand étant pape, Valentinien III empereur d’Occident et Mérovée roi des Francs Saliens.

On lui doit la fondation de l’abbaye de Classe, près de Ravenne.


|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|