S. Maxime de Riez
27 novembre

  • Vie de saint Maxime de Riez

  • Litanies de saint Maxime

Saint Maxime, s
Saint Maxime, s'enfuyant des îles de Lérins pour se cacher (dans l'Estérel)
pour ne pas être choisi comme évêque de Fréjus.

1027

Saint Maxime, né à Décomer, aujourd’hui Château-Redon (Châteauredon), près de Digne, dans les Alpes-de-Haute-Provence, vers l’an 388, saint Sirice étant pape et Théodose empereur. Il fut baptisé aussitôt après sa naissance.

Poussé par l’exemple et les conseils de ses pieux parents, il se sentit dès l’enfance un grand désir de la sainteté ; il sut, malgré tous les dangers, conserver la pureté de ses mœurs et son innocence baptismale. Son âme possédait un ensemble de vertus qui le rendaient à la fois aimable à Dieu et aux hommes.

Bien qu’il eût voué sa chasteté à Jésus-Christ dès l’âge de dix-huit ans, il voulut s’éprouver longtemps dans la pratique austère des vertus évangéliques, avant d’entrer dans le monastère de Lérins, qui était alors sous la direction de saint Honorat.

Il s’éleva, dans la vie religieuse, à un si haut point de perfection, que tous les religieux le regardaient presque déjà comme leur maître, bien qu’il s’estimât lui-même comme le dernier de tous. Devenu Abbé de Lérins, après l’élévation de saint Honorat sur le siège d’Arles, il sut maintenir par sa vigilance toute la régularité de la discipline. Comme il faisait souvent, le soir, la visite du monastère et de l’île, afin de s’assurer que tout était bien dans l’ordre, plusieurs fois le démon se montra à lui sous des formes terribles ou fantastiques ; mais il le chassait par le signe de la croix.

La réputation du saint Abbé s’accroissait de jour en jour, et, à chaque vacance des sièges épiscopaux des alentours, les regards du peuple se tournaient vers lui. Pour déjouer la détermination des habitants de Fréjus, il s’embarqua sur un bateau et alla se cacher sur le continent, dans la solitude profonde des bois ; il y essuya pendant trois jours et trois nuits les intempéries de la saison pluvieuse, et ne sortit que lorsqu’il fut sûr qu’on avait procédé à une autre élection.

Peu d’années après, il échappa encore par la fuite à son élection au siège de Riez ; mais l’obstination des habitants de cette ville alla le chercher jusqu’en Italie, et il fallut se saisir de sa personne par la force et le ramener sous bonne garde. L’humble moine, après s’être résigné à porter le fardeau sur ses épaules, montra combien il était digne de la confiance des peuples, et tout en restant moine par ses goûts et sa manière de vivre, il devint un grand évêque.

Il vivait sans cesse en la présence de Dieu et s’entretenait avec Lui longtemps chaque jour dans l’oraison. On raconte qu’il ne prenait jamais de nourriture sans dire ce verset du Psalmiste : « Quand donc paraîtrai-je devant la face de mon Dieu ! ». Malgré tant de vertus, saint Maxime tremblait à la pensée des jugements de Dieu. En célébrant la sainte Messe, il eut révélation du jour de sa mort. Après avoir recommandé qu’on l’ensevelît avec le cilice qu’il n’avait jamais quitté, il s’endormit en Dieu au chant des psaumes, le 27 novembre 460, saint Léon Ier le Grand étant pape, Majorien l’un des tout derniers empereurs romains d’Occident, Léon Ier empereur d’Orient et Childéric Ier roi des Francs.

Les Litanies de saint Maxime,

Évêque de Riez en Provence

Abbé R. Luquet,

« Saint Maxime, Évêque de Riez »,

Imprimerie Chaspoul, Digne - 1928

  • Ces Litanies sont traduites sur un texte latin qui paraît ancien.

1688

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Dieu, le Père céleste, ayez pitié de nous.

Dieu, le Fils Rédempteur du monde, ayez pitié de nous.

Dieu, le Saint-Esprit, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Saint Maxime, qui avez été comblé des bénédictions de Dieu, priez pour nous.

Saint Maxime, qui, sous l’habit séculier avez été longtemps le soldat de Jésus-Christ, priez pour nous.

Saint Maxime, dès votre jeunesse consommé dans la vertu, priez pour nous.

Saint Maxime, qui avez eu en souveraine horreur les délices de la chair, priez pour nous.

Saint Maxime, qui avez cherché dans les divines Écritures la nourriture de votre âme, priez pour nous.

Saint Maxime, qui avez été humble de cœur et avez quitté le monde pour ne penser qu’à Dieu seul, priez pour nous.

Saint Maxime, le modèle et le pasteur des moines de Lérins, priez pour nous.

Saint Maxime, observateur très fidèle de la parfaite obéissance, priez pour nous.

Saint Maxime, courageusement épris de pauvreté et de travail, priez pour nous.

Saint Maxime, célèbre par votre vie, priez pour nous.

Saint Maxime, illustre par les prodiges et les miracles que vous avez opérés, priez pour nous.

Saint Maxime, la terreur et le vainqueur des démons, priez pour nous.

Saint Maxime, qui avez formé tant de prêtres et d’évêques, priez pour nous.

Saint Maxime, recherché et élu évêque par plusieurs villes, priez pour nous.

Saint Maxime, qui, vous dérobant par la fuite à cette haute dignité, avez enduré pendant trois jours les rigueurs de la faim et de la pluie, priez pour nous.

Saint Maxime, véritablement appelé de Dieu, enlevé par force et sacré malgré vous, priez pour nous.

Saint Maxime, pasteur parfait, qui avez nourri votre troupeau à la fois par la parole et par l’exemple, priez, pour nous.

Saint Maxime, l’honneur et l’illustration des Pontifes, priez pour nous.

Saint Maxime, le modèle de toutes les vertus, priez pour nous.

Saint Maxime, le guérisseur des malades, priez pour nous.

Saint Maxime, le consolateur des affligés, priez pour nous.

Saint Maxime, la lumière des aveugles, priez pour nous.

Saint Maxime, la vie des morts, priez pour nous.

Saint Maxime, qui étant abbé avez été orné des vertus d’un pontife et qui, étant pontife, avez conservé la sainteté d’un abbé, priez pour nous.

Saint Maxime, fondateur de temples divins dans le cœur de vos ouailles et dans l’enceinte de votre ville, priez pour nous.

Saint Maxime, défenseur de la Foi antique, priez pour nous.

Saint Maxime, défenseur de la dignité de la glorieuse Vierge Mère de Dieu, priez pour nous.

Saint Maxime, qui avez prédit votre mort prochaine, priez pour nous.

Saint Maxime, qui avez voulu être enseveli dans le cilice que vous aviez fidèlement porté, priez pour nous.

Saint Maxime, lumière de notre Église, priez pour nous.

Saint Maxime, qui triomphez dans le Ciel, priez pour nous.

Saint Maxime, évêque et patron de Riez, intercédez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du, monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

V/ Saint Maxime, priez pour nous.

R/ Afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus-Christ.

ORAISON

Dieu miséricordieux, le Créateur de tous, écoutez les supplications de Vos serviteurs, afin que ceux à qui Vous avez donné pour patron le Bienheureux Pontife Maxime sentent qu’il intercède pour eux auprès de Vous. Par Notre Seigneur Jésus-Christ Votre Fils qui, étant Dieu, vit et règne avec Vous en l’unité du Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


  • Règle : Lorsque aucune indication d’imprimatur n’est donnée, on doit considérer que la prière est au seul usage privé.


Jeudi 8 juin 2023
FÊTE-DIEU
le jeudi après la Sainte Trinité

1re classe
Temps après la Pentecôte

Notre-Dame de la Sagesse


S. Maximin,

1er évêque d’Aix-en-Provence

L’un des 72 disciples de N. S.


voir Le Martyrologe #90-4




Oraison - collecte
Ô Dieu, qui nous avez laissé sous un Sacrement admirable le mémorial de Votre Passion, daignez nous accorder la grâce de révérer les sacrés mystères de Votre Corps et de Votre Sang, de manière à ressentir toujours en nous le fruit de Votre rédemption. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Médard et Saint Godard étaient frères jumeaux, et fils d’un des principaux seigneurs de la nation des Francs et d’une noble Gallo-Romaine nommée Protagie, et qui était Chrétienne. Protagie convertit d’abord son époux et consacra à Dieu ses deux enfants.


Saint Médard était, dès ses premières années, d’une tendre compassion pour les pauvres ; il donna son habit et son cheval à deux malheureux. Saint Godard ne le cédait pas en vertu à son frère, et l’égala, dans le succès des études qu’ils firent, sous la direction des évêques de Tournai et de Vermand. Ils entrèrent ensemble dans les Ordres et s’attirèrent la vénération universelle.


Saint Godard fut élu bientôt au siège métropolitain de Rouen, et n’accepta qu’avec un vif regret ; mais Dieu avait sur lui des desseins particuliers. Il coopéra avec saint Remi, saint Waast et son frère, à la conversion de Clovis ; il assista au premier concile d’Orléans, en 551, et consacra saint Lô, évêque de Coutances, sur les révélations d’un Ange.


Pendant ce temps, saint Médard était élevé au siège de Vermand, qui fut transféré à Noyon, parce que cette seconde ville était plus à l’abri des courses des barbares. Puis il fut élu à Tournay et réunit les deux sièges, où il mérita par ses vertus, par ses miracles, par ses épreuves, une renommée qui s’étendit dans toutes les Gaules.


Saint Médard mourut à Noyon, et son corps parut entouré de lumières célestes. On lui attribue l’institution de la fête de la Rose, dans laquelle il donnait une couronne de roses et une dot de 25 livres à la jeune fille de Salency qui jouissait de la meilleure réputation de vertu.

Saint Godard était mort à Rouen le 8 juin 528, et sa belle âme avait été vue s’élevant vers le Ciel sous la forme d’une colombe.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
N’oubliez jamais que Dieu bénit d’une manière étonnante la charité envers les pauvres.

Méditation du jour
Qu’il faut nous adonner à l’imitation de Jésus-Christ  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|