S. Flavien
22 décembre

On lit au Martyrologe Romain :


« À Rome encore, saint Flavien, ancien préfet de la Ville, époux de la bienheureuse martyre Dafrose (fête le 4 janvier), père des bienheureuses vierges et martyres Bibiane (fête le 2 décembre) et Démétrie (fête le 21 juin).

« Sous Julien l’Apostat, il fut, pour le Christ, condamné à être marqué au front d’une inscription ; envoyé en exil à Aquæ-Taurinæ (aujourd’hui Bagni-di-Ferrata), en Toscane, il y rendit à Dieu son esprit pendant sa prière. »

La rue Saint-Flavien à Québec.
La rue Saint-Flavien à Québec.

1051

La naissance et la sagesse de saint Flavien le firent choisir par les empereurs chrétiens, pour exercer dans Rome les premières magistratures de l’empire. Il fut même élevé à la préfecture de la Ville, charge des plus considérables.

Il n’eut pas moins de zèIe tour le Christianisme, dans l’exercice de ces emplois, que de fidélité envers son prince. Il fit paraître, en toute occasion, qu’il était serviteur de Jésus-Christ, et que son plus grand désir était qu’Il fût reconnu et adoré de tout le monde.

Lorsque l’empereur Constance fit tant d’efforts pour établir l’Arianisme, il demeura inébranlable dans la Foi catholique, persuadé qu’il serait inutile d’appeler le Fils de Dieu son Sauveur, s’il ne Le reconnaissait pour son Dieu et consubstantiel à Son Père. Quand Julien l’Apostat fut monté sur le trône et que, pour abolir la religion chrétienne, il renouvela les persécutions des Dèce, des Aurélien, des Dioclétien et des Maximien, il fut un de ceux qui s’employèrent avec le plus de fermeté à soutenir les fidèles et à fortifier les martyrs.

Il imita encore l’action de charité de Tobie l’ancien ; et, quand un Chrétien avait été exécuté pour la Foi, il cherchait diligemment son corps, l’emportait dans sa maison et lui donnait une honorable sépulture.

L’empereur fut averti de ces actions de piété dont il avait une extrême horreur. Il n’eut égard ni à l’âge de ce sage magistrat, ni aux services qu’il avait rendus à l’empire, ni à la haute estime que sa vertu lui avait acquise, ni à la noblesse de son sang qui l’égalait aux premiers hommes de l’État.

Il commanda à Apronien, digne serviteur de ce mauvais maître et qui exerçait la charge de préfet que saint Flavien avait exercée, de se saisir de lui et de le punir sévèrement, s’il ne quittait le Christianisme pour offrir des victimes aux idoles. Apronien exécuta cet ordre. Mais, voyant que saint Flavien était résolu de perdre plutôt les biens et la vie que de commettre une action si abominable, il le fit premièrement marquer au front comme les esclaves qui avaient commis quelque crime, supplice très ignominieux, mais ordinaire aux Chrétiens, puisque Ponce, dans la vie de saint Cyprien, remarque que plusieurs de son temps portaient ces marques d’infamie et que la divine Providence les avait réservés pour animer, par leur exemple, les autres Confesseurs au martyre. Saint Flavien reçut cet affront avec plus de joie qu’il n’aurait reçu une couronne d’or, un habit de pourpre ou des lettres scellées du prince, pour être déclaré consul ou patrice.

Apronien n’en demeura pas là. Il le condamna à l’exil et il l’envoya aux Eaux-Taurines, que l’on appelle maintenant Acquapendente, avec ordre à ses gardes de le maltraiter. L’exil pour Jésus-Christ fut aussi agréable à notre Saint que les plus grandes délices de la patrie.

Il laissait une femme sans secours et deux jeunes filles, exposées à la persécution d’un cruel tyran. Mais il les abandonna généreusement aux soins de la divine Providence, ne doutant point que son supplice ne leur attirât les secours et les bénédictions nécessaires, pour demeurer inébranlables dans la Foi qu’elles devaient à leur Souverain Seigneur.

Son occupation perpétuelle dans le lieu de son bannissement fut la prière. Ce fut aussi elle qui lui donna l’ouverture du royaume des Cieux, puisque ses Actes témoignent qu’il mourut en priant.

C’est tout ce que nous savons de ce glorieux soldat de Jésus-Christ, que nous pouvons légitimement appeler Martyr aussi bien que beaucoup d’autres qui n’ont pas plus souffert que lui, puisqu’il est constant qu’il mourut de la misère qu’il endura dans son exil.

Sainte Dafrose (fête le 4 janvier), sa femme et les saintes vierges Bibiane (fête le 2 décembre) et Démétrie (fête le 21 juin), ses filles, ont aussi remporté la couronne du martyre. Le Martyrologe Romain en fait mention en ce jour. Et Baronius, dans ses Notes sur ce lieu, explique bien au long ce que c’était que le supplice d’être stigmatisé. Pierre de Natalibus traite aussi de saint Flavien dans la Vie de sainte Bibiane.


Lundi 24 septembre 2018
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre grâce nous prévienne et nous accompagne toujours, et qu’elle nous donne d’être sans cesse appliqués aux bonnes œuvres. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


En FRANCE ;


Seigneur, qui avez dit : Si vous ne devenez semblables à des petits enfants, vous n’entrerez point dans le royaume des Cieux ; donnez-nous, nous Vous en supplions, de suivre et d’imiter l’humilité et la simplicité de la bienheureuse Vierge Thérèse, afin d’obtenir avec elle les récompenses éternelles. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.


Mémoire du XVIe dimanche après a Pentecôte :


Nous Vous en prions, Seigneur, que Votre grâce nous prévienne et nous accompagne toujours, et qu’elle nous donne d’être sans cesse appliqués aux bonnes œuvres. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
La Sainte Vierge apparut au XIIIe siècle à saint Pierre Nolasque, à saint Raymond de Pegnafort, et à Jacques, roi d’Aragon, pour leur suggérer de fonder un institut religieux dans le but de délivrer les Chrétiens du joug barbare des Sarrasins qui occupaient à cette époque une grande partie de l’Espagne.


En conséquence, le 10 du mois d’août, de l’an 1218, le roi Jacques décréta l’établissement de l’Ordre royal, militaire et religieux de Notre-Dame de la Merci et concéda à ses membres le privilège de porter sur la poitrine ses propres armes.


Le plus grand nombre d’entre eux étaient chevaliers et tandis que les clercs récitaient l’Office divin dans les commanderies, eux surveillaient les côtes et délivraient les prisonniers.

Cette œuvre se répandit sur toute la surface du globe et produisit des héros de sainteté et des hommes d’une charité et d’une piété incomparables qui se dévouaient à recueillir les aumônes des Chrétiens pour racheter leurs frères et à se donner souvent eux-mêmes comme rançon pour délivrer un grand nombre de captifs.


Célébrée d’abord par l’Ordre de Notre-Dame de la Merci, la fête de ce jour fut étendue à l’Église universelle, par Innocent XII au XVIIe siècle.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Priez la sainte Vierge pour le rachat de tant d’âmes captives du démon et du vice.

Méditation du jour
Ô Marie, votre amour pour nous n’a pas de bornes  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|