Méditation du jour
S. Josaphat,

évêque et martyr - 14 novembre

Heureux effets des visites aux cimetières ”

La vue des tombeaux

ne contribue pas médiocrement à développer en nous la sagesse.

À ce spectacle,

l’âme,

si elle somnolait,

tressaille aussitôt ;

si elle était éveillée et active,

son activité s’en accroît ;

celui qui pleure d’être pauvre

reçoit de cette vue une soudaine consolation ;

celui qui s’enorgueillit d’être riche

est humilié,

abaissé.

La vue des tombeaux

oblige chacun de nous à réfléchir,

quand bien même il ne le voudrait pas,

sur sa propre fin ;

elle nous persuade de ne tenir pour stable

aucune des choses de ce monde,

fâcheuse

ou agréable ;

or, quiconque a cette persuasion,

ne se laissera pas prendre facilement

dans les filets du péché.

C’est pourquoi un sage donne ce conseil :

« Dans tous vos discours,

« pensez à vos derniers instants,

« et jamais vous ne pécherez » ;

et, d’accord avec lui, un autre énonce ce précepte :

« Disposez vos œuvres pour le départ

« et préparez-vous au voyage. »

Ce n’est pas d’un voyage perceptible aux sens qu’il veut parler,

mais du départ d’ici-bas.

Si,

constamment,

quotidiennement,

nous avons présente à l’esprit

l’incertitude de la mort,

nous ne serons pas prompts à pécher ;

ni les splendeurs de la vie ne pourront nous gonfler d’orgueil,

ni ses tristesses nous abattre

ou nous troubler,

les unes et les autres ayant un terme incertain.

Souvent

celui qui est vivant aujourd’hui

ne subsiste pas même jusqu’au soir.


(Saint Jean Chrysostôme)


Vendredi 24 novembre 2017
S. Jean de la Croix,

confesseur et docteur de l’Église
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez inspiré à saint Jean, Votre Confesseur et Docteur, un amour sublime de la parfaite abnégation et de la Croix, faites que, nous attachant toujours à l’imiter, nous obtenions la gloire éternelle. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Après sainte Thérèse, la réformatrice du Carmel, l’Église honore en ce jour saint Jean de la Croix qui l’aida puissamment dans cette grande œuvre.

Par lui, en effet elle introduisit la primitive observance chez les Carmes, comme elle l’avait fait pour les Carmélites. Il fut, au jugement du Saint Siège, l’égal de sainte Thérèse pour l’explication des arcanes divins. Saint Jean de la Croix, dit cette Sainte, était une des âmes les plus pures de l’Église. Dieu lui avait communiqué de grands trésors de lumière, et son entendement fut rempli de la science des Saints.

Né dans la Vieille-Castille, en 1542, il prit le nom de Jean de la Croix lorsqu’il entra dans l’Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel. Il eut en effet toujours une grande dévotion à la Passion du Seigneur et sa vertu dominante fut une abnégation parfaite de lui-même qui lui faisait rechercher les souffrances et les humiliations.

Il demandait souvent à Dieu de ne passer aucun jour de sa vie sans souffrir, et de mourir en un lieu où il serait ignoré de tous. Il fut pleinement exaucé, car la réforme du Carmel lui coûta bien des peines.

Atteint d’une cruelle maladie à Ubède, il mourut en 1591. Pie XI l’a proclamé Docteur de l’Église universelle, le 24 août 1926.

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Rappelez-vous la parole de saint Jean de la Croix à Jésus lui demandant ce qu’il désirait pour récompense de ses souffrances : « Souffrir, Seigneur, et être méprisé pour Vous ».

Méditation du jour
La souffrance bien comprise  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|