Méditation du jour
- 3 juin
Le secret de la joie continuelle des Saints ”

La loi que Notre-Seigneur est venu apporter au monde

est une loi de joie immédiate,

de joie terrestre.

Mais comment accorder cette joie

avec les épreuves

qui accablent l’homme sur la terre ?

Vous n’êtes pas sans avoir éprouvé un jour ou l’autre

une grande joie,

et, alors, s’il vous est arrivé quelque petite contrariété,

vous l’avez secouée en souriant.

« Qu’est-ce que cela !

« disiez-vous. Je tiens mon bonheur.

« J’en jouis.

« Peu importe le reste. »

Il faudrait donc,

pour supporter avec vaillance les maux de cette vie,

pouvoir installer en nous

un foyer de joie permanent

et durable.

Les Saints l’ont fait,

depuis les Martyrs des premiers siècles

jusqu’à ceux d’aujourd’hui,

en passant par les Confesseurs,

les Vierges,

les Saintes femmes.

Tous chantent le même cantique de jubilation

et d’action de grâces.

Tous crient merci à Dieu,

qui les a créés,

les a sauvés,

les a prédestinés au Ciel,

et c’est là, remarquez-le bien,

la raison unique de leur joie.

Pour avoir en nous la joie surnaturelle,

permanente,

il faut faire comme les Saints.

Mais ces vérités

qui les comblent de joie

ne seront savoureuses

et nourrissantes,

que si nous brisons le noyau.

C’est à l’intérieur

que se trouve la liqueur

réconfortante,

enivrante.

Il faut concentrer notre esprit

sur les divins mystères

et étudier,

à leur lumière,

l’amour de Dieu pour nous.


(R.P. Vallée, o.p.)


Dimanche 31 mai 2020
LA PENTECÔTE
1re classe avec Octave
Temps de la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez instruit en ce jour les cœurs des fidèles par la lumière du Saint-Esprit, donnez-nous, par le même Esprit, de goûter ce qui est bien et de jouir sans cesse de la consolation dont Il est la source. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du même Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Le peuple chrétien, en son instinct sûr, a toujours reconnu la dignité royale de la mère du « Roi des rois et Seigneur des seigneurs » : Pères, docteurs et papes s’en firent, tout au long des siècles, les interprètes autorisés, et le triomphal témoignage de cette commune croyance éclate dans les splendeurs de l’art et la pénétrante catéchèse de la liturgie.

Les théologiens, à leur tour, montrèrent avec succès combien ce titre royal convenait à la mère de Dieu, intimement associée à l’œuvre rédemptrice de son Fils, et médiatrice de toutes les grâces.

Répondant au vœu unanime des fidèles et des pasteurs, Pie XII, par son encyclique du 11 octobre 1954, institua la fête de Marie Reine, sanctionnant ainsi le culte qu’en leur cœur tous rendaient déjà à la souveraine du Ciel et de la terre.

L’Épître de la Messe de cette fête met en relief le règne de la Sagesse, dont la liturgie applique à Marie les privilèges ; l’Évangile annonce le règne du Christ, source de celui de Sa mère.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Dans votre sphère d’action, procurez la bonne et catholique éducation des enfants, sans complaisance, sans compromis : la moindre goutte de poison finira toujours par se manifester.

Méditation du jour
Début de la neuvaine préparatoire à la Pentecôte :

Réciter par exemple chaque jour le Veni Sancte Spiritus ou le Veni Creator spiritus, ou les deux…

Les fruits du Saint-Esprit
 suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|