Méditation du jour
Bienheureux ceux qui vivent en la dépendance de la Vierge ”
Chromolithographie tirée du somptueux ouvrage « La Vie et les Mystères de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu », par l
Chromolithographie tirée du somptueux ouvrage « La Vie et les Mystères de la Bienheureuse Vierge Marie,
Mère de Dieu », par l'Imprimeur-Éditeur Henri Charpentier, Nantes - 1859, (coll. personnelle).

Ceux qui entreront dans cette rare dévotion à Marie, la Vierge divine, connaîtront cette bénédiction de laisser passer en leurs démarches ce qui délivre de toutes les captivités qui retiennent loin de Dieu.

Ils vivront sans retour sur eux-mêmes.

Ils iront au Christ qui conduit à Dieu le Père.

Ils respireront l’esprit du Christ.

Et par surcroît, en vertu même de leur dépendance de la Vierge, il se trouvera tant de lumière et de bonté, tant de splendeur dans leur vie, qu’ils la feront désirer de leurs frères.

Comment cela se réalise-t-il ?

Par quel mystère émane-t-il une pareille séduction de ceux qu’enveloppe et pénètre la grâce de Marie ?

Il ne serait peut-être pas impossible de l’analyser.

N’arrive-t-on pas à dire pourquoi une œuvre d’art nous gagne, d’où vient la séduction d’une pièce de Bach ou d’un tableau de Rembrandt ?

Ici, c’est un chef-d’œuvre d’art et de vie dans une âme.

Et nous savons d’expérience quelle en est la vertu conquérante qu’on a comparé à la grâce d’une aurore où aucun nuage n’accroche la lumière.

Ceux dont la vie s’élève ainsi radieuse invitent à ce « pas » dont parlait le P. Lallemand, ce « pas » qui sauve les hommes dont l’existence s’en allait insignifiante, banale, mauvaise.

Et redressés, restitués à une belle humanité, ils sauront se livrer au Saint-Esprit qui achève les enfants de Dieu.


(R.P. B.-M. Morineau, s.m.m.)


Samedi 22 juin 2024
S. Paulin,

évêque et confesseur
3e classe

Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Ô Dieu, qui avez promis le centuple dans le siècle à venir et la vie éternelle à ceux qui abandonnent tout en ce siècle pour Vous ; accordez-nous, dans Votre bonté que, suivant fidèlement les traces du saint Pontife Paulin, nous ayons la force de mépriser les biens de la terre et de désirer les seuls biens du Ciel. Vous qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
Saint Paulin, né l’an 353 d’une famille romaine très distinguée à Bordeaux, en Aquitaine, fit de brillantes études et devint sénateur à l’âge de vingt-cinq ans. Il fut ensuite consul et établit sa résidence à Nole, en Campanie.


Près du tombeau de saint Félix, le prêtre martyr dont l’Église célèbre la fête le 14 janvier, il est soudain touché de la grâce et reçoit bientôt le baptême. À l’exemple du Christ, « qui S’est fait pauvre de riche qu’Il était », et qui a conseillé la pratique de cette vertu de pauvreté, il abandonna les nombreuses richesses qu’il possédait et achète à ce prix le royaume des Cieux.


Il quitte son épouse, qui comme lui se donne à Dieu, et devient prêtre, puis évêque de Nole. Ses amis d’autrefois le blâment. Il « s’en tient à l’approbation de Jésus ». Mais bientôt surviennent les Goths qui ravagent la Campanie et tandis que, sans mérites pour eux, on arrache leurs biens aux riches de Rome, saint Paulin qui a quitté les siens volontairement et pour le Christ, en reçoit au contraire le centuple en l’autre monde et la vie éternelle. Il mourut à soixante-dix-huit ans, en 431, et fut enseveli près de saint Félix à Nole.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Soyez désintéressé dans les services que vous rendez à votre prochain.

Méditation du jour
L’Eucharistie, suprême marque du divin amour  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|