La Salette aujourd’hui
Ce qu’est devenue l’Apparition aux mains

des modernistes et des intégroïdes

L’équilibre catholique est certes délicat à obtenir et pas très facile à maintenir. Il y faut la pratique des vertus dont on sait qu’elles se situent —pour les vertus morales— dans un juste milieu (in medio stat virtus). Travail de chaque instant.

La Révolution, à la suite de la Renaissance puis de la Réforme, a fait son travail de démolition dans tous les domaines contraires à Dieu, à Son Église, au bien et au salut des âmes. Tentative donc, pour elle, de détruire La Salette par n’importe quel moyen. Les « modernistes » dénoncés par le Pape S. Pie X sont encore à l’œuvre.

La réaction à cette révolution dans l’Église est trop souvent sur le même terrain et avec les mêmes moyens (hélas efficaces). D’où les excès, souvent tout aussi insupportables des « intégroïdes », ne serait-ce que par l’usage abusif des Écritures, des documents de l’Église et des Apparitions authentiques reconnues par l’Église.

184

Nous aurons donc à manifester ici ces travers opposés qui concourent finalement au même résultat : le discrédit de La Salette en l’Apparition de Notre-Dame, et par voie de conséquence rapide, au discrédit des « traditionalistes » et en fin de compte de l’Église catholique elle-même.

Esprit moderne : négation ou charismatisme

Il y a des tendances diverses et variées dans le « modernisme » tout comme dans ce qui est supposé lui être opposé. On peut l’observer dans la pratique intellectuelle (quand il y en a…), dans la pratique religieuse, dans le comportement de la vie quotidienne.

189

Pour ce qui regarde les « modernistes », il suffirait de se reporter aux textes du Pape qui les a si heureusement démasqués et dénoncés au monde catholique par ses caractéristiques : tout faire pour tout changer, sans toutefois se faire remarquer et encore moins condamner.

L’Encyclique de S. Pie X, Pascendi Domini gregis, en est la manifestation la plus claire.

184
-1

Une tendance bien opposée mais toujours du même côté de la barrière, le « charismatisme » qui est une extension vers et dans l’Église catholique d’une forme particulière du protestantisme. Conséquence immanquable du concile Vatican II et de « son esprit » qui furent « œcuméniques », c’est-à-dire particulièrement ouverts au protestantisme qui s’en est vite gaussé.

La réaction outrée au modernisme : les intégroïdes

Il faut bien sûr se défier des étiquettes. Mais « modernistes » est le nom que se donnaient ceux qui s’appelaient aussi « progressistes » dans l’ordre politique. Le terme « moderniste » a été repris par S. Pie X.

Ceux-là ont dénommé « intégristes » ceux qui les combattaient. Ce qui peut être très flatteur pour autant qu’il s’agisse de manifester l’intégrité de la foi et des mœurs. On sait qu’il a fallu passer par « l’intégrisme » musulman pour arriver à disqualifier totalement les Catholiques voulant rester fidèles.

Par le terme intégroïdes, nous désignons ceux des traditionalistes qui en rajoutent dans les décisions de l’Église et dans leur interprétation, et sont plus critiques et rigoristes que l’Autorité.

190

Le drame de notre époque c’est la défaillance de l’enseignement, de l’éducation dans toute son amplitude : qu’il s’agisse de la première éducation, celle du bébé au bras ou au sein de sa mère, puis de l’enfant sur les genoux de sa mère, qu’il s’agisse ensuite de l’enfant grandissant entre père et mère et avec ses frères et sœurs, puis dans le cadre de l’école, ou qu’il s’agisse ensuite de l’adolescent livré plus ou moins à lui-même, délaissé sinon abandonné par parents et maîtres.


Dimanche 20 août 2017
11e dimanche après la Pentecôte
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui, par l’excès de Votre bonté, surpassez les mérites et les désirs de ceux qui Vous supplient, répandez sur nous Votre miséricorde ; pardonnez-nous les fautes qui donnent à notre conscience sujet de craindre, et accordez-nous les grâces que nous n’osons attendre de nos prières. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
L’Église aime à célébrer après la fête de l’Assomption saint Bernard, le Docteur aux paroles de miel, Doctor mellifluus, dont le principal titre de gloire fut d’avoir chanté, avec une indicible tendresse et une ardente piété, dans ses prières, dans ses ouvrages et dans ses sermons, les grandeurs de Marie.


Né en 1091, en Bourgogne, d’une noble famille, il sut, dès l’âge de vingt-deux ans, gagner à Jésus-Christ trente gentilshommes qui embrassèrent avec lui la vie monastique à Cîteaux.

L’Ordre Cistercien, cette branche sortie du vieux tronc bénédictin, y acquit une vigueur nouvelle qui lui permit de couvrir de ses rejetons l’Europe entière. « Le juste fleurira comme le palmier, il se multipliera comme le cèdre du Liban ». Et dans le célèbre monastère que saint Bernard fonda, peu après, dans « le val d’Absinthe », sur la rive gauche de l’Aube, et dont il fut le premier Abbé, chaque jour, il répandait sur une communauté de 700 moines les trésors de doctrine et de sagesse que Dieu lui avait départis et qui rendent à jamais son nom immortel.


Moine austère, grand orateur chrétien et savant docteur, il fut le flambeau, dont parle l’Évangile, qui éclaira le monde au XIIe siècle et lui imprima le caractère chrétien qui le distingue. Le Pape Eugène III, qui avait été formé par lui à la vie monastique, sollicite et reçoit ses conseils ; au Concile d’Étampes, il met fin à un schisme qui, en opposant Anaclet à Innocent II, troublait le clergé et le peuple de Rome.

Il est consulté par Guillaume d’Aquitaine, par la duchesse de Lorraine, par la comtesse de Bretagne, par Henri fils du roi de France, par Pierre fils du roi de Portugal, par Louis VI, Louis VII, Conrad, Lothaire et par l’abbé de Saint-Denis. Il terrasse, au Concile de Laon, le célèbre docteur Abélard, et démasque avec sa puissante logique les erreurs d’Arnaud de Brescia et de Pierre de Bruys.

Il s’attaque enfin à l’islamisme et, prêchant la seconde croisade à Vézelay, il soulève par son entraînante éloquence la vieille Europe tout entière.


Saint Bernard mourut à Clairvaux le 20 août 1153, et son corps fut déposé aux pieds de l’autel de la Vierge.

Il laissait après lui cent soixante monastères qu’il avait fondés en Europe et en Asie. Ses écrits, pleins d’une doctrine inspirée par la sagesse divine, le firent mettre au rang des Docteurs de l’Église universelle par Pie VIII.

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Cherchez dans l’oraison assidue la science des Saints.

Méditation du jour
Aussi puissante que miséricordieuse  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|