N° 1582-1583
IN MEMORIAM : JEAN MADIRAN (1920 - 2013)



Jean Madiran, fondateur de la revue ITINÉRAIRES
Rappelé à Dieu le 31 juillet 2013.Priez pour lui !
Rappelé à Dieu le 31 juillet 2013.
Priez pour lui !

2117

Encore une page de l’histoire récente de l’Église et de sa crise qui est tournée. Ce 31 juillet, Dieu rappelait à Lui Jean Madiran qui venait d’avoir 93 ans. C’était un journaliste et un polémiste de qualité et non un théologien. Mais il a combattu catholiquement avec ses talents avant de se laisser aller comme tant d’autres à certains démons à principes faussés. Je ne veux connaître de lui que le fondateur d’ITINÉRAIRES, et de l’ITINÉRAIRES de la réforme intellectuelle et morale vraiment catholique, dans son plein développement, jusqu’à la publication des CAHIERS DE CASSICIACUM, et donc avant le (mas-)sacre (celui des sacres-épiscopaux-sans-mandat-apostolique). C’est d’ailleurs le seul Madiran que très concrètement j’ai connu, soutenu, aimé et par la suite regretté à cause de ses changements.


C’est pratiquement au terme de ma quête spirituelle de la vérité dans les débuts de la crise de l’Église que j’ai fait sa connaissance après avoir enfin découvert sa revue ITINÉRAIRES (après tant d’autres journaux et revues « catholiques » plutôt insipides…), qui seule réussit à répondre vraiment à mes questions.


C’était peu après la fin de mes études d’ingénieur, époque (milieu des années ’60) où étant à Paris, je fis la connaissance de la « Rue des Renaudes » (l’Office etc. ex Cité Catholique), de ses cercles, de ses congrès de Lausanne, de ses meneurs et de ses noms d’une certaine notoriété… en ce temps-là, autour de cette nébuleuse active, réactive et surtout catholique. Madiran donc, Penfentenyo et les autres, puis les ecclésiastiques Guérard des Lauriers, Coache et autres Barbara et Ducaud-Bourget, tout un univers, assez vaste et vraiment divers.


Pendant mes années africaines (Constantine, Dakar, Port-Étienne-Nouadhibou en Mauritanie), ITINÉRAIRES fut ma lecture prioritaire absolue, avec le Catéchisme du Concile de Trente que cette revue édita peu après mai 1968 en un gros numéro spécial.

LES COMPAGNONS D’ITINÉRAIRES

2118

Un peu d’intimité aussi avec les Compagnons d’Itinéraires dont j’ai fait partie à mon retour en France en participant aux réunions mensuelles à Saint-Cloud avec Jean Madiran et des effectifs très discrets et d’autant plus sympathiques… Période active avec la question des catéchismes, celles de l’avortement, de l’arrivée de Paul VI, de sa synaxe (dite novus ordo missæ, N.O.M., nouvel ordre de la messe, bref la messe de Paul VI remplaçant la Messe dite de saint Pie V, car la première est fabriquée par Paul VI, la seconde étant la Messe romaine antique, généralisée, canonisée par S. Pie V).


Après une année sabbatique, j’entrais au séminaire (1972) avec la première promotion qui devait effectuer tout son cycle à Écône : trente-cinq nouveaux, dont quinze de plus de trente ans dont j’étais). Quoique sans provocation (me semble-t-il), je ne cachais évidemment pas mes sympathies et mes convictions dans cet établissement aux esprits très variés dont certains provocateurs. On le voit, ITINÉRAIRES et Madiran ont eu un rôle dans ma vocation sacerdotale.

MADIRAN AU SÉMINAIRE D’ÉCÔNE


Écône le 29 juin 1977, invité à titre personnel de l’Abbé Jacques-Marie Seuillot

pour son ordination sacerdotale (table familiale au séminaire)


Jean Madiran et l
Jean Madiran et l'Abbé Jacques-Marie Seuillot en grande discussion…

2119

Mgr Lefebvre m’ayant désigné d’emblée (et pour toute mes années de séminaire) pour m’occuper de l’accueil des visiteurs et des fidèles extérieurs au séminaire, Portier avant même d’en avoir reçu l’ordre mineur, j’organisais une table de presse qui a fait réagir (d’abord sournoisement) une partie du séminaire. Très vite, j’eus dans mon dos une cible portant le nom d’ITINÉRAIRES ou celui de Madiran… Or, Madiran et Mgr Lefebvre étaient en froid depuis que le premier avait lancé un appel assez direct, dans ITINÉRAIRES, pour qu’un Évêque se manifestât clairement contre la révolution romaine. Mgr Lefebvre, alors en poste à Tulle après avoir quitté Dakar, l’avait plutôt mal pris.


Ayant eu maintes occasions de lui parler de Madiran, je réussis à convaincre Mgr Lefebvre de l’inviter à venir visiter le séminaire et à faire une conférence pour toute la maison. Mgr Lefebvre l’a présenté avec éloge et la conférence fut du grand Madiran, ce qui a rendu enthousiastes nombre de séminaristes… Dans ma lettre du 29 avril 1974 à Mlle Luce Quenette, fondatrice des écoles de La Péraudière, j’écrivais : « Vous savez aussi combien nous avons été heureux de la visite de M. Madiran il y a un mois et ce que son passage a représenté pour le séminaire. »

OPÉRATION SURVIE D’ITINÉRAIRES

2120

Il y eut le fameux numéro famélique (N° 200, février 1976) véritable signal de détresse pour la revue. Appel pour trouver 2 000 abonnés nouveaux et une importante somme d’argent pour les Compagnons d’Itinéraires. J’ai préparé une petite plaquette très largement diffusée par les Éditions Saint-Gabriel (Suisse), avec un résultat certain puisque le dernier numéro fut le N° 338.

(à suivre dans les prochains numéros papier)



Fin de la lettre « exprès » dans laquelle Jean Madiran exprime le regret de ne pas pouvoir venir assister  à l
Fin de la lettre « exprès » dans laquelle Jean Madiran
exprime le regret de ne pas pouvoir venir assister
à l'ordination diaconale de l'Abbé Jacques-Marie Seuillot (29 octobre 1976).

2121


SAINTE HÉLÈNE

Fête le 18 août

Centenionalis ou nummus

Pièce de monnaie romaine en cuivre (diamètre 2 cm)

Frappée à Sirmium vers 324

Portrait de l’impératrice Flavia Helena, sainte Hélène, la mère de l’empereur Constantin


FL(AVIA)  HELENA  AUGUSTA SECURITAS  REIPUBLICE
FL(AVIA) HELENA AUGUSTA
SECURITAS REIPUBLICE

2123

Pour nous aider à méditer

Que votre langage soit doux, franc, sincère, rond, naïf et fidèle. Gardez-vous des duplicités, artifices et feintises. (Saint François de Sales, Introduction à la vie dévote, III, 30)

Recommandation spirituelle de la semaine

Le rôle des mères… Bien sûr : éduquer pieusement leurs enfants. Ce qui suppose qu’elles soient à la maison (!), en reines du foyer. Et quand les enfants échappent à leur vigilance : encore la prière, encore le sacrifice. Constantin converti, fils de sainte Hélène, deviendra le premier empereur romain chrétien.


Dimanche 20 août 2017
11e dimanche après la Pentecôte
2e classe
Temps après la Pentecôte



Oraison - collecte
Dieu tout-puissant et éternel, qui, par l’excès de Votre bonté, surpassez les mérites et les désirs de ceux qui Vous supplient, répandez sur nous Votre miséricorde ; pardonnez-nous les fautes qui donnent à notre conscience sujet de craindre, et accordez-nous les grâces que nous n’osons attendre de nos prières. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
L’Église aime à célébrer après la fête de l’Assomption saint Bernard, le Docteur aux paroles de miel, Doctor mellifluus, dont le principal titre de gloire fut d’avoir chanté, avec une indicible tendresse et une ardente piété, dans ses prières, dans ses ouvrages et dans ses sermons, les grandeurs de Marie.


Né en 1091, en Bourgogne, d’une noble famille, il sut, dès l’âge de vingt-deux ans, gagner à Jésus-Christ trente gentilshommes qui embrassèrent avec lui la vie monastique à Cîteaux.

L’Ordre Cistercien, cette branche sortie du vieux tronc bénédictin, y acquit une vigueur nouvelle qui lui permit de couvrir de ses rejetons l’Europe entière. « Le juste fleurira comme le palmier, il se multipliera comme le cèdre du Liban ». Et dans le célèbre monastère que saint Bernard fonda, peu après, dans « le val d’Absinthe », sur la rive gauche de l’Aube, et dont il fut le premier Abbé, chaque jour, il répandait sur une communauté de 700 moines les trésors de doctrine et de sagesse que Dieu lui avait départis et qui rendent à jamais son nom immortel.


Moine austère, grand orateur chrétien et savant docteur, il fut le flambeau, dont parle l’Évangile, qui éclaira le monde au XIIe siècle et lui imprima le caractère chrétien qui le distingue. Le Pape Eugène III, qui avait été formé par lui à la vie monastique, sollicite et reçoit ses conseils ; au Concile d’Étampes, il met fin à un schisme qui, en opposant Anaclet à Innocent II, troublait le clergé et le peuple de Rome.

Il est consulté par Guillaume d’Aquitaine, par la duchesse de Lorraine, par la comtesse de Bretagne, par Henri fils du roi de France, par Pierre fils du roi de Portugal, par Louis VI, Louis VII, Conrad, Lothaire et par l’abbé de Saint-Denis. Il terrasse, au Concile de Laon, le célèbre docteur Abélard, et démasque avec sa puissante logique les erreurs d’Arnaud de Brescia et de Pierre de Bruys.

Il s’attaque enfin à l’islamisme et, prêchant la seconde croisade à Vézelay, il soulève par son entraînante éloquence la vieille Europe tout entière.


Saint Bernard mourut à Clairvaux le 20 août 1153, et son corps fut déposé aux pieds de l’autel de la Vierge.

Il laissait après lui cent soixante monastères qu’il avait fondés en Europe et en Asie. Ses écrits, pleins d’une doctrine inspirée par la sagesse divine, le firent mettre au rang des Docteurs de l’Église universelle par Pie VIII.

 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Cherchez dans l’oraison assidue la science des Saints.

Méditation du jour
Aussi puissante que miséricordieuse  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|