S. Alexis
17 juillet

RÉSUMÉ :

Saint Alexis naquit à Rome vers l’an 350, d’une famille riche, et eut pour père le sénateur Euphémien. Guidé par l’Esprit-Saint, il renonça à tout son patrimoine et visita en pieux pèlerin les sanctuaires de l’Orient.

Il mourut au Ve siècle, sous le Pontificat d’Innocent Ier. Son corps fut déposé à Rome sur le Mont-Aventin dans l’Église qui porte son nom. On l’y honore avec saint Boniface auquel elle était primitivement consacrée.

578

Saint Alexis fut un rare modèle de mépris du monde. Il vivait au commencement du Ve siècle, il était fils unique d’un riche sénateur de Rome et reçut une brillante éducation. Il apprit, par l’exemple de ses parents, qu’on ne peut faire un meilleur usage de ses richesses que de les partager avec les pauvres, parce qu’étant ainsi distribuées en aumônes, elles forment dans le Ciel un trésor pour l’Éternité.

Ses parents voulant absolument qu’il s’engageât dans le mariage, il se rendit par condescendance à leurs désirs, mais, sans doute par une inspiration de Dieu, le jour même de ses noces il s’enfuit secrètement dans un pays éloigné, où il se fixa dans le voisinage d’une église dédiée sous l’invocation de la Sainte Vierge. Ses vertus ayant attiré sur lui l’attention, il revint à Rome, après dix-sept ans d’absence.

En entrant, pauvre et inconnu, dans cette ville où il avait été entouré de tant d’honneurs, saint Alexis conçut une pensée extraordinaire, celle de mendier une petite place dans la maison de son père. Celui-ci consentit à donner à l’humble pèlerin un refuge sous l’escalier d’entrée de son palais, lui demandant uniquement de prier pour le retour de son fils. Le mendiant depuis lors vit tous les jours couler les larmes du vieux patricien, il entendit les soupirs d’une mère toujours inconsolable, il vit passer et repasser cette noble fiancée dont la beauté s’était empreinte d’un air de tristesse indicible, et il eut le courage surhumain de garder son secret et de renouveler perpétuellement, chaque jour, le sacrifice qu’il avait fait à Dieu, sacrifice que chaque jour rendait plus héroïque encore.

Saint Alexis demeura dix-sept nouvelles années dans l’oubli le plus complet, sous l’escalier que tous gravissaient pour entrer dans une maison qui était la sienne, en sorte qu’il semblait foulé aux pieds de tous : il eut à subir les persécutions et les odieux procédés des valets qui l’avaient autrefois servi avec tant de respect.

Ce temps écoulé, il plut à Dieu de glorifier Son serviteur sur la terre en même temps qu’au Ciel, et Il lui ordonna de mettre en écrit son nom et l’histoire de sa vie. Saint Alexis obéit et comprit qu’il allait mourir.

Or, quelques jours après, pendant l’Office célébré par le Pape à Saint-Pierre, tout le peuple entendit une voix qui disait : « Cherchez l’homme de Dieu, il priera pour Rome, et le Seigneur lui sera propice ; du reste, il doit mourir vendredi prochain ». La Ville entière chercha en vain ce saint inconnu.

Le vendredi suivant, au même lieu, la même voix se fit entendre et dit : « Le saint est dans la maison du sénateur Euphémien ». On y courut, et on trouva le pauvre pèlerin, qui venait de mourir. Quand le Pape eut fait donner lecture du parchemin que le mort tenait en sa main, ce ne fut de toutes parts, dans Rome, qu’un cri d’admiration impossible à décrire. C’était l’an 404, saint Innocent Ier étant Pape, Arcadius et Honorius empereurs.


Samedi 2 mars 2024
de la deuxième semaine de Carême
3e classe
Temps du Carême

1er samedi du mois


Oraison - collecte
Nous Vous en prions, Seigneur, donnez à nos jeûnes un effet salutaire, afin qu’ayant entrepris de châtier notre chair, cette mortification corporelle serve à développer la vigueur de nos âmes. Par Jésus-Christ Votre Fils, Notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu dans tous les siècles des siècles.
Ainsi soit-il

Vie du Saint du jour
À treize ans, Henri de Saüssen ou Suzo, né d’une illustre famille de Souabe, entrait dans l’Ordre des frères Prêcheurs.


Vainqueur des tentations du démon, épris de la sagesse éternelle, tendrement dévoué à la Sainte Vierge, qui lui apparut un matin lorsqu’il disait : « Ave maris stella », le bienheureux Henri était un modèle de dévotion envers le Très Saint Sacrement ; il passait de longues heures en méditation devant les autels de Marie, redoublait ses prières et ses austérités durant le temps des folies du carnaval, et reçut de Notre-Seigneur et de Son auguste mère les plus douces consolations.


Dans une de ses extases, un Ange le revêtit d’une épée et d’une armure, afin « qu’il servit Dieu comme un généreux chevalier ».


Tourmenté par la persécution et par la calomnie, il triompha à force de patience et d’abandon en la Providence, et enfin, le 25 janvier 1365, « rassasié de la vie et brûlant des désirs du Ciel », il mourut à Ulm, en un couvent de son Ordre.


 voir la grande vie du Saint


Résolution pratique du jour
Appliquez-vous à une tendre et journalière dévotion pour l’aimable Nom de Jésus qui veut dire Sauveur.

Méditation du jour
Marchez en Ma présence et soyez parfait  suite

|Qui sommes-nous ?| Effectuer un don| Contacts|